C'est dans l'actuFrance

Bernard Cazeneuve à l'Elysée? Cela voudrait dire une partielle à risque pour le PS

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 01.04.2014 à 17 h 21

La péninsule du Cotentin. Via Wikimédia Commons.

La péninsule du Cotentin. Via Wikimédia Commons.

Selon France Info, le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve remplaçerait le secrétaire général de l’Elysée Pierre-René Lemas dans le cadre de la réorganisation consécutive à la nomination de Manuel Valls à Matignon.

Une nomination qui aurait pour effet collatéral l'organisation d'une législative partielle pas gagnée d'avance pour la majorité dans la quatrième circonscription de la Manche, et ce alors que le retour de Cécile Duflot à l'Assemblée nationale en remplacement de sa suppléante Danièle Hoffmann-Rispal réduirait déjà la majorité absolue du groupe socialiste à deux sièges. En effet, la loi dispose que le ministre démissionnaire retrouve automatiquement son siège de député dans un délai d'un mois et que, s'il ne souhaite pas revenir dans l'hémicycle, une partielle a lieu.

En apparence, la circonscription de Bernard Cazeneuve est sûre: en juin 2012, celui qui était alors ministre délégué aux Affaires européennes l'avait emporté dès le premier tour avec plus de 55% des voix, plus de trente points devant l'UMP. Mais en apparence seulement, car sa plus grande ville, Cherbourg-Octeville, qui représente un gros quart des électeurs de la circonscription et est socialiste depuis 1977, a failli basculer le 30 mars.

Au second tour, le candidat PS Jean-Michel Houllegatte, qui a succédé à Bernard Cazeneuve en 2012, l'a emporté avec seulement 51,8% des voix face au candidat UMP David Margueritte, adversaire malheureux du socialiste aux législatives.

En 2008, Bernard Cazeneuve avait gagné la ville avec environ 67% des voix dès le premier tour. Le ministre était d’ailleurs présent dimanche soir pour féliciter son poulain, en faveur de qui il avait fait fortement campagne durant l’entre-deux-tours.

Ce résultat à Cherbourg tendrait à présager d'une législative serrée, d'autant que le reste de la circonscription penche très légèrement moins à gauche: en 2012, Bernard Cazeneuve y avait recueilli 0,4 point de moins et son adversaire 1 point de plus. La gauche a remporté dimanche les deux autres villes de plus de 10.000 habitants de la circonscription, Equeurdreville-Hainneville et Tourlaville, mais avec un score passé en six ans de trois quarts des suffrages à deux tiers environ.

Pour l'instant, les deux candidats putatifs, David Margueritte et la suppléante de Cazeneuve Geneviève Gosselin-Fleury, se sont refusés à se prononcer sur l'éventualité d'une partielle. Il faut dire que le premier a déjà à faire avec son recours en annulation des municipales en raison d'un tract diffusé vendredi par la gauche et affirmant que la droite allait conduire la ville «à la faillite».

Le PS a perdu les huit législatives partielles organisées depuis juin 2012, dont notamment, l'an dernier, celle de la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, remportée dans un fauteuil l'année précédente par un sortant très bien implanté, un certain Jérôme Cahuzac.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (942 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte