Municipales 2014 / France

Villers-Cotterêts, la ville qui fit du français la langue du pays passe au FN

Temps de lecture : 2 min

Villers-Cotterêts via Wikipedia License CC
Villers-Cotterêts via Wikipedia License CC

Le candidat du Front national Franck Briffaut a confirmé son avance du premier tour à Villers-Cotterêts, qui devient ainsi la première ville frontiste de Picardie avec 41,53% des voix selon le candidat. La région est championne du vote FN. C'est là, plus qu'en Paca ou dans le Nord-Pas-de-Calais, que Marine Le Pen avait récolté son meilleur score à la présidentielle de 2012 (25,03% des voix).

Villers-Cotterêts est une ville symbole, puisque c'est là que fut promulguée l'ordonnance qui porte son nom, en 1539, texte législatif édicté par François Ier. Cette ordonnance fit du français la langue nationale, celle qui allait être employée dans tous les textes officiels, à la place du latin, la langue de la communauté universitaire internationale. Il s'agissait, en promouvant le français, d'obliger les juges à rendre des décisions plus intelligibles, donc plus accessibles à tous.

Ce texte, l'un des plus anciens encore en vigueur aujourd'hui, et fondateur de l'Etat civil, imposait (article 110):

«Que les arrêts soient clairs et compréhensibles, et afin qu'il n'y ait pas de raison de douter sur le sens de ces arrêts, nous voulons et ordonnons qu'ils soient faits et écrits si clairement qu'il ne puisse y avoir aucune ambiguïté ou incertitude, ni de raison d'en demander une explication.»

Surtout (art 111):

«De dire et faire tous les actes en langue française. Et parce que de telles choses sont arrivées très souvent, à propos de la [mauvaise] compréhension des mots latins utilisés dans les arrêts, nous voulons que dorénavant tous les arrêts et autres procédures, que ce soit de nos cours souveraines ou autres, subalternes et inférieures, ou que ce soit sur les registres, enquêtes, contrats, commissions, sentences, testaments et tous les autres actes et exploits de justice ou de droit, que tous ces actes soient dits, écrits et donnés aux parties en langue maternelle française, et pas autrement.)»

Le Front national vient de conquérir cette ville qui a donné son nom à l'une des ordonnances fondatrices de l'identité française, de l'unité nationale. Et qui a vu naître Alexandre Dumas.

Charlotte Pudlowski Rédactrice en chef de Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters