Municipales 2014 / France

Quelles villes remportées par le FN? Robert Ménard élu à Béziers, Philippot battu

Temps de lecture : 3 min

Le FN remporte aussi Fréjus, Hayange, Villers-Côtterets, Beaucaire, Cogolin, Le Pontet, Le Luc et Mantes-la-Ville. Gilbert Collard à Saint-Gilles et Florian Philippot à Forbach sont battus.

Robert Ménard le 28 avril 2008 à Paris.  REUTERS/Charles Platiau
Robert Ménard le 28 avril 2008 à Paris. REUTERS/Charles Platiau
  • Le FN l'emporte à Béziers avec Robert Ménard (soutenu par le FN) et dans sept autres villes au soir du second tour, portant à neuf le nombre de villes qu'il gagne avec Hénin-Beaumont.

  • Florian Philippot est battu à Forbach. Louis Aliot est battu à Perpignan.

Sur les 230 villes de plus de 10.000 habitants où le Front national s'est maintenu au second tour des municipales, il était en tête dans 17 d'entre elles au premier tour, auxquelles il faut ajouter la mairie qu'il a remportée dès le 23 mars: Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où Steeve Briois a été élu avec 50,54% des voix.

Sans oublier un autre maire d'extrême droite, Jacques Bompard, qui a été réélu dès le premier tour à Orange (Vaucluse) avec 59,82% des suffrages.

Voici les estimations et résultats dans les 17 villes où le FN avait des chances variables de l'emporter - mis à jour au fur et à mesure de la soirée. Le FN serait gagnant dans huit villes au deuxième tour.

Les villes remportées par le FN (résultats et estimations)

Béziers (Hérault)

Robert Ménard, le candidat soutenu par le FN, est élu selon les premières estimations avec 47,4% des voix devant Elie Aboud (Union de la droite, 35%) et Jean-Michel du Plaa (divers gauche, 17,6%). Avec ses 71.000 habitants, Béziers serait la plus grande prise du Front national, qui misait aussi sur Perpignan (118.000 habitants) ou Avignon (90.000 habitants), qui lui échappent (lire plus bas).

(Rappel premier tour: Robert Ménard, 44,88%).

Fréjus (Var)

David Rachline (FN) emporte la mairie avec 45,55% des voix (rappel premier tour: 40,30%), battant Philippe Mougin (UMP, 30,43%) et Elie Brun (divers droite, 24,01%).

Hayange (Moselle)

Fabien Engelmann (FN), ancien délégué CGT, l'emporte avec 34,7% des voix devant Thierry Rohr, divers droite (28,32%), Philippe David (PS, 27,23%) et Alain Leyder (9,74%) (rappel premier tour: 30,4%.)

Beaucaire (Gard)

Julien Sanchez (FN) l'emporte au second tour avec 39,81% des voix devant le maire sortant Jacques Bourbousson (UDI), 29% et le candidat de la gauche Claude Dubois (6,85%) (rappel premier tour: Julien Sanchez, 32,84%.)

Villers-Cotterêts (Aisne)

Franck Briffaut (FN) est élu avec 41,53% des voix dans le cadre d'une triangulaire. (Rappel premier tour: 32,04%.)

Cogolin (Var)

Marc-Etienne Lansade (FN) est annoncé gagnant face à Jacques Sénéquier (divers droite), avec 53,1% des voix contre 46,9% (rappel premier tour: Marc-Etienne Lansade, 39,03%.)

Le Pontet (Vaucluse)

Joris Hebrard (FN) est élu avec 42,62% des voix, devançant de peu l'UMP Claude Toutain, 42,52% alors que Frédéric Quet (viers droite) remporte 14,84% des suffrages (rappel premier tour: Joris Hebrard, 34.65 %).

Le Luc (Var)

Philippe de la Grange (FN) est élu avec 42,02% des voix, devant le candidat divers droite (40,92%) et les deux candidats de gauche qui se sont maintenus (16,17% et 0,86%).

Mantes-la-Ville (Yvelines)

Avec 30,26%, le candidat du FN Cyril Nauth arrive en tête d'une quadrangulaire, battant la maire sortante (PS) Monique Brochot (29,35%).

7ème secteur de Marseille

Dans les XIIIe et XIVe arrondissements, au nord de Marseille, le candidat FN Stéphane Ravier est en première place avec 35% des voix, devant l'UMP Richard Miron (33%) et le maire sortant du secteur, le PS Garo Hovsepian (32%).

Camaret-sur-Aigues (Vaucluse)

Philippe de Beauregard, soutenu par le FN, est élu avec 36,61% des voix dans le cadre d'une triangulaire.

Bollène (Vaucluse)

S'ajoute à cette liste Bollène où Marie-Claude Bompard (Ligue du Sud) l'emporte avec 55,35% des voix.

Les villes où le FN était en tête au premier tour et où il échoue

Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Le candidat UMP Jean-Marc Pujol l'emporte avec 55,1% des voix contre 44,89% pour Louis Aliot (rappel premier tour: Louis Aliot, 34,20%.)

Forbach (Moselle)

Florian Philippot, vice-président du FN, est battu par Laurent Kalinowski (PS) qui remporte 47,73% des voix. Le candidat du FN finit avec 35,17% des voix, devant les deux candidats de droite s'étant maintenu (11,87% et 5,22%).

Avignon (Vaucluse)

Cécile Helle (PS) l’emporte avec 47,2% des voix selon les dernières estimations. Le candidat FN Philippe Lottiaux finit avec 34,7% des voix devant le candidat de l’union de la droite, Bernard Chaussegros, 18,1%.

Saint-Gilles (Gard)

Gilbert Collard, 48,49%, espoir du parti de Marine Le Pen, échoue à conquérir la mairie de Saint-Gilles. Eddy Valadier (divers droite) l'emporte avec 51,5% des voix (rappel premier tour: Gilbert Collard, 42,57%.)

Brignoles (Var)

Josette Pons (union de la droite) l'emporte avec 59,94% des voix face au candidat du FN, Laurent Lopez (40,05%).

Tarascon (Bouches-du-Rhône)

Lucien Limousin, union de la droite, gagne l'élection avec 52,73% des voix contre 47,26% pour Valérie Laupies (FN).

Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais)

Le candidat PS Bruno Yard l’emporte avec 42,07% des voix devant Emmanuel Rignaux (FN), 36,1% et Claude Ponchaut (divers gauche), 21,82% (rappel premier tour: Emmanuel Rignaux, 28,86%.)

Digne-les-Bains (Alpes de Haute Provence)

La candidat du FN Marie-Anne Baudoui-Maurel est largement battue par la candidate de la gauche Patricia Granet (46,98% contre 33,4%)

Cluses (Haute-Savoie)

Jean-Louis Mivel (divers droite) l'emporte avec 41,19% contre Dominique Martin (FN), 37,22%, qui finit en deuxième place devant un candidat divers droite (12,94%) et un candidat divers gauche (8,63%).

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters