Municipales 2014 / France

NKM-Hidalgo: A (re)lire pendant (ou après) le débat d'entre-deux-tours

Temps de lecture : 2 min

Les candidates du PS, Anne Hidalgo et de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'affrontent ce mercredi 26 mars lors d'un débat télévisé sur iTélé et RTL. L'occasion de (re)lire nos articles sur les municipales parisiennes.

NKM peut-elle encore gagner? Hidalgo est-elle assurée de l'emporter?

Les jeux semblent fait, même si notre simulateur de vote à Paris a réussi –non sans mal– à faire gagner NKM en imaginant tous les cas de figure possibles.

» Notre simulateur de vote a réussi à faire gagner NKM à Paris (mais cela n'a été pas facile)

«La droite, rappelait Jean-Marie Pottier, ne peut tabler que sur d'excellents reports de voix des électeurs frontistes (5% à 7,5% par arrondissement), la mobilisation en sa faveur d'abstentionnistes du premier tour ou des mauvais reports ou une démobilisation à gauche.»

Les grands thèmes

Gageons qu'il sera beaucoup question de logement et de «classes moyennes», catégorie extensible et flou à laquelle les candidates aiment se référer –pour en regretter le départ, ou à l'inverse se féliciter qu'elles reviennent.

» A la recherche des «classes moyennes» parisiennes

Au-delà de ces joutes politiques, on aura noté un bel unanimisme dans les positions écolos fustigeant le diesel lors de l'épisode du pic de pollution à Paris qui s'est imposé par surprise dans la campagne.

» La lutte des classes carbure au diesel

Comme l'ont noté , alors que la campagne de l'UMP patinait, «NKM, iconoclaste et seule contre tous, [était] en voie de “ségolénisation”.»

» A Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet est sur la voie Royal

Anne Hidalgo n'a elle jamais vraiment dévié du projet post-indsutriel, numérique et ecolo-friendly en phase avec l'électorat diplômé et urbain parisien, comme l'a noté Jean-Laurent Cassely dans son trollesque article sur les «Soft socialistes» et leur projet d'«Open space city»:

» Le Paris d'Anne Hidalgo: les bobos, c'est fini, voici les sosos

Sur un mode plus anecdotique, mais médiatiquement assez porteur, que serait cette campagne flashy sans les errements de communication de part et d'autre, à commencer par le piteux épisode du soufflet au chocolat, car NKM «ne sait faire qu'un dessert, mais il est vraiment bien»:

» Paris, la campagne qui retombe comme un soufflé au chocolat

Anne Hidalgo n'aura pas lésiné sur l'organisation de campagne, qu'il s'agisse de se doter d'outils numériques importés des States pour planifier le porte-à-porte des militants et les liens avec les soutiens sur Internet...

» Les geeks de la politique sauveront-ils le PS?

... Ou d'inviter dans toutes les langues possibles les ressortissants européens à voter pour elle:

» Anne Hidalgo vous invite à voter en anglais, allemand, portugais... Et pourquoi pas en slovène?

Bon débat! Et bonne lecture.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters