Municipales 2014 / France

Où a-t-on voté FN au premier tour des municipales? La carte interactive du pourtour méditerranéen

Temps de lecture : 2 min

Certes, la seule ville à avoir élu un maire Front national au premier tour des municipales du 23 mars, Hénin-Beaumont, est située dans le Pas-de-Calais. Néanmoins, n'oublions pas que c'est dans trois villes du sud-est de la France que les listes d’extrême droite ont dépassé 40% des voix au premier tour, et dans nombre d'autres que le FN s'est situé entre 30% et 40%.

En un clin d'oeil, à quoi ressemble donc cette carte du vote FN?

«La présence du FN est essentiellement littorale, là où les tensions foncières et sociales sont les plus fortes, et dans le delta rhodanien, terres agricoles et de petites industries en déclin», précise Joël Gombin, chercheur en science politique et membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, qui a réalisé cette carte pour Slate.fr, grâce aux résultats commune par commune.

C’est dans cette zone du delta du Rhône qu’on trouve le Gard et les 42,57% de Gilbert Collard à Saint-Gilles, ou les 24,34% de Pierre Chenel à Arles (devancé par le maire sortant Hervé Schiavetti, 37,94% des voix), ou encore les 32,61% de Jean-Louis Meizonnet à Vauvert –devancé par Jean Debat, 37,84%. Plus au nord dans le Vaucluse, on repère les 34,38% de Carpentras et les 31,6% d'Avignon.

Béziers (Hérault) et Perpignan (Pyrénées-Orientales) se démarquent avec leurs 44,88% pour Robert Ménard et 33% pour Louis Aliot.

Dans le Var, Fréjus se distingue avec David Rachline et ses 40,30% des voix, les 39,03% de Marc-Etienne Lansade à Cogolin, où le PS a annoncé qu’il retirait sa liste. Laurent Lopez, avec 37,07% à Brignoles dans l'arrière-pays, arrive lui aussi en tête, après avoir remporté l'élection cantonale partielle particulièrement scrutée en octobre 2013.

Dans l’arrière-pays rural, le FN est généralement incapable de monter des listes, note Joël Gombin. On remarque néanmoins le score de 27,69% à Digne-les-Bains (Alpes de Haute Provence), où la candidate Marie-Anne Baudoui-Maurel arrive en tête.

Carte: Joël Gombin, Sources: IGN, Ministère de l'Intérieur

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters