Municipales 2014 / France

Cartes interactives des bureaux de vote: à Nantes, les cadres ont dopé le score d'EELV

Temps de lecture : 2 min

Cartes: Joël Gombin, Sources: Cartelec (Laurent Beauguitte et Céline Colange), Ministère de l'Intérieur, INSEE
Cartes: Joël Gombin, Sources: Cartelec (Laurent Beauguitte et Céline Colange), Ministère de l'Intérieur, INSEE

Pour la première fois depuis 1995, PS et écologistes faisaient listes à part au premier tour des municipales à Nantes. Au soir du 23 mars, le PS arrive largement en tête, avec 34,51% des voix pour Johanna Rolland, suivie de l'UMP Laurence Garnier (24,16%) et de Pascale Chiron pour EELV (14,55%).

Un mois avant le premier tour, la mobilisation qui avait dérapé à Nantes contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes avait ouvert une crise de la majorité entre le premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes, et les membres d'Europe Ecologie-Les Verts, à commencer par la ministre Cécile Duflot.

Voici deux cartes pour mieux appréhender ces divisions à gauche.

Part du vote écologiste dans le total de la gauche à Nantes, par bureau de vote

Le vote EE-LV à Nantes au premier tour - Réalisation: Joël Gombin, Sources: Cartelec (Laurent Beauguitte et Céline Colange), Ministère de l'Intérieur

2. Part des cadres et professions intellectuelles à Nantes par bureau de vote

Part des cadres à Nantes - Réalisation: Joël Gombin, Sources: Cartelec (Laurent Beauguitte et Céline Colange), INSEE

Cette deuxième carte permet de comparer les données de la première avec la part des cadres et professions intellectuelles supérieures dans la ville.

La corrélation entre la part du vote EELV dans le total gauche et la part des cadres n'est pas forcément frappante visuellement, mais bien réelle (le coefficient de corrélation est de 0.57). Une corrélation qui s'observe avec les professions intermédiaires et qui s'inverse avec la part des employés.

Autrement dit dans les secteurs forts à gauche, le niveau socio-culturel est favorable à un survote pour les Verts.

Joël Gombin

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters