Municipales 2014 / France

Municipales: la presse internationale retient le succès de Marine Le Pen

Temps de lecture : 2 min

La une du Corriere della Sera lundi 24 mars 2014
La une du Corriere della Sera lundi 24 mars 2014

Les élections municipales françaises n'ont pas vraiment déchaîné les passions à l'étranger, mais plusieurs titres de la presse internationale ont tout de même fait une place en une au scrutin local français.

En Italie, Marine Le Pen a le droit à une photo en première page de trois quotidiens. Le journal de centre-gauche La Repubblica accompagne le cliché de la présidente du FN sortant de l'isoloir du titre «Claque pour Hollande, triomphe de l'extrême-droite».

Le Corriere della Sera, classé au centre droit, titre sur le «bond de Marine Le Pen» et y voit un «signal à l'Europe».

L'éditorialiste Massimo Nava écrit:

«Si presque quatre citoyens sur dix ont décidé de ne pas participer à l'élection de leur propre maire, cela signifie que la maladie transalpine est grave et que la contagion, déjà bien diffusée dans la société européenne, pourrait s'étendre.»

Il Messagero accompagne quant à lui sa photo de Marine Le Pen tout sourire avec un bouquet de fleur d'un «l'extrême-droite anti-euro s'envole».

Aucune trace du scrutin français en une des grands journaux allemands comme Die Welt ou Die Tageszeitung, ni dans le New York Times ou le Washington Post aux Etats-Unis. Courrier International reprend un article du Daily Beast américain évoquant une Marine Le Pen «en route pour l'Elysée», où Christopher Dickey écrit:

«Elle a beau être l’héritière d’un parti politique créé par son père et souvent accusé d’être un vestige (ou une relique) du fascisme, Marine Le Pen, âgée de 45 ans, n’est pas Jean-Marie Le Pen. Il y a longtemps qu’elle a abandonné la rhétorique de l’antisémitisme et du racisme à peine déguisé qui ont rendu les partisans de son père tristement célèbres.

Au cours des trois dernières années, elle a infatigablement tiré son parti vers le centre tandis qu’un nombre important d’électeurs mécontents basculaient à droite. Résultat: le Front national (FN) est aujourd’hui la puissance montante de la politique française.»

En Espagne, l'actualité est dominée par le décès d'Adolfo Suarez, le chef de gouvernement qui a mené la transition démocratique de l'après-Franco dans les années 1970, et le magnifique match de la veille entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Les élections françaises trouvent tout de même une place en une d'El Pais, le plus grand quotidien du pays, qui titre «Le Pen réussit une grande progression», et héritent aussi d'une petite ligne en une du centre-droit El Mundo.

Le seul quotidien britannique à évoquer le scrutin français en première page ce matin est le journal de centre gauche The Independent, qui n'a pas fait les choses à moitié puisqu'il y consacre même une photo occupant plus de la moitié de la page. Mais aucun signe de candidats heureux ou malheureux, c'est une photo de Nicolas Sarkozy tout sourire posant pour un selfie avec un jeune homme à la sortie de son bureau de vote, avec le titre:

«Souriez? Oui, il n'est pas l'un des candidats.»

Dans la légende, aucune mention de l'abstention, de la montée du FN ou de la défaite de la gauche: le quotidien estime que «ne plus être président semble bien lui aller» et que «malgré les accusations de corruption qui ont amené les enquêteurs à mettre son téléphone sur écoute, il semble décidé à participer à la course à l'Elysée en 2017».

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters