Municipales 2014 / France

Municipales: 39,5% d'abstention, record pulvérisé

Temps de lecture : 2 min

A Remire-Montjoly près de Cayenne le 5 mai 2012, REUTERS/Ronan Lietar
A Remire-Montjoly près de Cayenne le 5 mai 2012, REUTERS/Ronan Lietar

Comme avant chaque scrutin électoral, les instituts de sondage et les médias avaient prévenu: l'abstention était la grande favorite du premier tour des élections municipales. Et comme souvent, ces prédictions se sont avérées bonnes.

Le taux d'abstention a atteint 39,5%, d'après la dernière estimation de l'institut Ipsos Steria, soit 6% de plus que le précédent record, établi en 2008 (33,5%).

C'est la cinquième fois d'affilée que l'abstention établit un nouveau record au premier tour des municipales. Pour remettre le chiffre d'aujourd'hui en perspective, voici l'évolution de l'abstention au premier tour depuis 1959:

Thomas Wieder écrit sur Lemonde.fr:

«Une campagne qui n'a guère passionné les foules, le tout dans un climat général de très forte défiance à l'égard de la classe politique, ravivé à la veille du scrutin par le retour des "affaires" au premier plan de l'actualité: les ingrédients étaient réunis pour que l'abstention atteigne un niveau record.»

L'abstention correspond à peu près à ce qu'avait prédit Ispos, qui avait évoqué la barre des 40% trois jours avant le scrutin.

A midi, le premier chiffre de la participation (23,16%) avait été meilleur que celui à la même heure en 2008 (23%), mais comme nous l'avions écrit à ce moment-là, les chiffres de la mi-journée n'indiquent en rien quels seront ceux à 20h. A 17h, le ministère de l'Intérieur avait annoncé une participation de 54,72%, contre 56,25% en 2008.

G.F.

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters