FranceMunicipales 2014

Nicolas Sarkozy, le seul président de la République qui votait à Paris durant son mandat

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 23.03.2014 à 13 h 19

Nicolas Sarkozy lors des municipales 2008 à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer.

Nicolas Sarkozy lors des municipales 2008 à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer.

François Hollande a voté vers 11 heures, dimanche 23 mars, à l'occasion du premier tour des municipales à Tulle (Corrèze), ville dont il a été le maire. Ce qui n'a pas du tout plu au candidat UMP local, Raphaël Chaumeil, qui déclarait à Europe 1, quelques jours avant l'élection:

«On ne voit pas très bien pourquoi ce président de la République, qui est domicilié à l’Elysée, vient encore voter en Corrèze, si ce n’est pour porter secours.»

Le fait pour un président de la République de ne pas voter à Paris est une pratique quasi-généralisée sous la Ve République. Ainsi, le général de Gaulle votait systématiquement à Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne), commune où se situait sa résidence secondaire, La Boisserie.

Même une fois à l'Elysée, Georges Pompidou continuait, comme le prouve cette photo Getty, à voter à Orvilliers, dans les Yvelines, où il avait une maison. Valéry Giscard d'Estaing votait lui à Chanonat (Puy-de-Dôme), où il possédait une propriété, le château de Varvasse, comme le racontait par exemple Libération dans un article consacré aux trente ans de sa défaite à la présidentielle:

«Comme à chaque élection, Valéry Giscard d’Estaing a passé le 10 mai 1981 dans le château familial de Varvasse, à Chanonat, une belle bâtisse rustique, solide et sobre, à l’auvergnate, d’où il n’est sorti que pour aller voter.»

François Mitterrand, lui, votait à Château-Chinon, dont il fut longtemps maire.

Jacques Chirac votait, comme François Hollande, en Corrèze, plus précisément à Sarran, où lui et son épouse possèdent le château de Bity.

Au final, le seul président qui a fini par voter à Paris est le prédécesseur immédiat de François Hollande. Électeur de Neuilly-sur-Seine lors de la présidentielle et des législatives 2007 (il n'est pas possible de changer de commune d'inscription en cours d'année), Nicolas Sarkozy a ensuite voté à Paris aux municipales 2008, puis aux européennes 2009, aux régionales 2010 et à la présidentielle 2012. A noter cependant qu'il n'a voté qu'aux municipales dans l'arrondissement de l'Élysée, le VIIIe, avant de passer l'année suivante dans le XVIe, où il réside avec son épouse Carla Bruni.

Quand au cas de François Hollande, il faut noter une différence de taille avec ses prédécesseurs: lui ne possède pas de résidence secondaire dans la commune où il vote. D'où l'irritation du candidat UMP de Tulle, qui a déclaré à Europe 1: «Il n’a conservé à Tulle qu’une chambre de bonne, qui était sa permanence de député.» Permanence qui était louée 1.200 euros, selon les déclarations faites par le candidat Hollande sur son patrimoine pendant la campagne présidentielle.

Le code électoral donne une latitude assez large à un électeur concernant sa commune d'inscription, puisqu'il peut voter dans sa commune de résidence ou dans une commune où il paye depuis au moins cinq ans une contribution directe (taxe d'habitation, taxe foncière...). En dehors de Paris et Tulle, François Hollande aurait donc pu voter à Mougins, où il possède une résidence secondaire. Mais un président de gauche peut-il voter dans une ville où la droite faisait 70% des voix au premier tour en 2008?

Jean-Marie Pottier

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte