C'est dans l'actuFrance

Pollution: comment fonctionne la circulation alternée? Comment me déplacer?

Cécile Chalancon, mis à jour le 16.03.2014 à 11 h 35

Et autres questions...

Paris, le 13 mars 2014. REUTERS/Philippe Wojazer

Paris, le 13 mars 2014. REUTERS/Philippe Wojazer

Le site d'Airparif est toujours en grandes difficultés ce dimanche, mais les informations sont consultables sur Facebook. La situation est toujours critique, et le gouvernement a décidé samedi de mettre en place la circulation alternée demain lundi à Paris et dans les communes limitrophes. Faisons le point sur diverses questions. 

1. La circulation alternée, comment ça marche?

Le principe est simple: puisque lundi, nous serons le 17 mars, soit un nombre impair, seuls pourront circuler les véhicules dont la plaque d'immatriculation est impaire. Si la mesure est maintenue mardi, jour pair, ce sont les véhicules pairs qui circuleront.

Votre plaque est-elle paire ou impaire? Il suffit de regarder: 

Pour les «nouvelles» plaques, ce qui compte, c'est le nombre du milieu. Dans l'exemple: 555

Pour les «anciennes» plaques, c'est le premier nombre. Ici, 269:

Quels sont les véhicules concernés? La réponse avec le mode d'emploi fourni par la préfecture de police.

Pendant toute la durée d'activation de la mesures, sont interdits de circulation dans le périmètre:

  • les poids-lourds (véhicules de plus de 3,5 tonnes), sauf exception prévue par les textes (cf. ci-dessous) ;
  • tous les véhicules légers (voitures, scooters et motos) à pot non catalysé.

Sont seuls autorisés à circuler, selon les jours en fonction de leur immatriculation, les véhicules légers à moteur catalysés (voitures, scooters et motos), selon le dispositif pair ou impair.

Les autres véhicules à moteur non catalysés ne sont pas autorisés à circuler, quel que soit le chiffre terminal, et notamment les poids lourds sauf dérogation. 

Les voitures électriques et hybrides ne sont pas concernées.

Qu'est-ce que je risque si je circule avec un véhicule non autorisé?

Les contrevenants seront punis de l'amende prévue pour la contravention de 2e classe (de 22 à 75 euros, selon que le montant est minoré, normal ou majoré), assortie d'une mesure d'immobilisation du véhicule éventuellement suivie d'une mise en fourrière (conformément aux dispositions des articles L. 325-1 à L. 325-3 et R. 411-19 du Code de la route).

700 policiers sont mobilisés.

2. Quel est le périmètre concerné?

La mesure de circulation alternée s'applique à Paris et dans les 22 communes suivantes:

  • du département des Hauts-de-Seine (92): Montrouge, Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine,  Levallois-Perret et Clichy ;
  • du département de la Seine-Saint-Denis (93) : Saint-Ouen, Pantin, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas,Bagnolet, Montreuil, Aubervilliers et Saint-Denis ;
  • du département du Val-de-Marne (94): Vincennes, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont,  Ivry-sur­ Seine, Le Kremlin-Bicêtre  et Gentilly ;
  • à l'exclusion de l'A86 pour les parties des communes concernées qu'elle traverse. Ceci permet en effet un transit routier normal autour de la zone de restriction parisienne, en articulation avec la Francilienne.

3. Quand cela commence-t-il?

La mesure de circulation alternée s'appliquera à partir de lundi 17 mars à 5h30. Selon le communiqué de Matignon de samedi, ce dispositif sera confirmé lundi matin pour la journée de mardi en fonction de l’évolution de la situation.

4. Les transports en commun sont-ils gratuits?

Oui. Les transports seront gratuits lundi en Ile-de-France. la RATP précise qu'elle ouvre gratuitement les accès à l'ensemble de son réseau (bus, tramway, métro, RER, ainsi qu'Orlybus, Roissybus et Orlyval) et renforce son offre de service.

Sources: Préfecture de Police | Gouvernement.fr | RATP

5. Est-ce que c'est utile?

La mesure de circulation alternée n'a été appliquée qu'une seule fois en France, c'était en octobre 1997 sous le gouvernement Jospin. Libération était revenu sur l'opération, le lendemain: «Paris réussit. 20% de voitures en moins hier dans la capitale. Et une pollution en baisse». La capitale ressemblait à «Paris le mois d'août»:

«Pour sa première mise en oeuvre, l'opération “circulation alternée” a été un succès. Avec 20% de voitures en moins dans Paris intra-muros et près de 30% dans la proche banlieue, l'air est redevenu respirable. “Tôt le matin, les conditions climatiques n'étaient pas très favorables à la dispersion des polluants. La circulation alternée a donc eu un effet très positif. Une tendance amplifiée vers 11 heures par une météo un peu plus favorable que la veille qui a empêché le dépassement du niveau 1 de pollution au dioxyde d'azote, expliquait hier Martine Boissavy, ingénieur d'Airparif, organisme chargée de surveiller la qualité de l'air. Reste qu'il est impossible de déterminer la part qui revient à la baisse du trafic ou à la météo.”»

6. Comment vaut-il mieux que je me déplace?

Le mieux est sûrement de marcher, doucement.

Nous vous l'expliquions vendredi: contrairement à ceux que beaucoup disent, faire du vélo pendant un pic de pollution n'est pas forcément une bonne idée. Les transports en commun sont extrêment pollués, mais faire du sport lors d'un pic de pollution, cela augmente les risques d'accidents pulmonaires ou cardiaques, notamment chez les personnes sujettes à de telles maladies.

Il resterait donc conseillé, surtout pour ces personnes-là, d'éviter le vélo et de privilégier les transports en commun. Pour les autres, la marche à pieds, en marchant doucement et le plus loin possibles des voitures, reste la meilleure solution, car elle limite l'effort physique.

Pour les personnes en bonne santé toutefois, en roulant doucement et si possible avec un masque, prendre son vélo, c'est toujours mieux que de prendre sa voiture.

A lire: La pratique du vélo en cas de pic de pollution n'est pas (toujours) une bonne idée

7. Pourquoi conseille-t-on de ne pas faire de sport?

«Il ne faut pas faire du sport à l’extérieur (jogging, vélos, marche active…) afin d’éviter de s’ouvrir les bronches et de trop s’exposer à ces pollutions» explique le docteur Pierrick Hordé, allergologue et directeur du site Sante-medecine.net, sur 20Minutes.fr.

Sur Libération, le professeur Jocelyne Just, qui dirige le centre de l’asthme et des allergies pour enfant à l’hôpital Trousseau, abonde:

«Quand le niveau d’alerte est déclenché [...] surtout, ne pas faire de sport à l’extérieur (particulièrement courir). Que vous soyez asthmatique ou non d’ailleurs. Des études ont montré que même chez un sujet sain, ces particules inhalées en grande quantité peuvent entraîner une inflammation pulmonaire. Quand on court, on accélère l’activité respiratoire et donc la fréquence à laquelle on inhale l’air extérieur et les particules fines qui vont avec… Les enfants, surtout les plus jeunes, sont encore plus touchés car justement ils respirent plus vite que les adultes.»

Source: 20minutes.fr | Libération.fr

8. Quels sont les polluants?

Il y a quatre polluants atmosphériques principaux: les particules fines (PM10 et PM2,5), le dioxyde d'azote (NO2), le monoxyde de carbone (CO) et l'ozone (O3). Le Monde y consacre un article très complet.

Pour ce qui est des particules fines: PM correspond à l'appellation anglo-saxonne: «particulate matter» et le chiffre (10 ou 2,5) à leur diamètre, en micromètre. Plus elles sont petites, plus elles peuvent facilement pénétrer profondément dans les voies respiratoires. Elles sont principalement émises par le trafic routier, du chauffage au bois, de la transformation d'énergie par l'industrie et de l'agriculture avec l'utilisation d'engrais. Le climat joue: en cas de grand froid, d'inversion de température ou d'absence de vent, l'air ne se renouvelle pas, ce qui augmente le taux de particules en suspension. Elles sont responsables de bronchite chronique, asthme, cancer du poumon, accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde ou encore problèmes placentaires.

Source: LeMonde.fr

9. Paris est-elle vraiment plus polluée que les villes chinoises?

Cela fait un beau titre: «Paris est pire que Pékin». Le Monde démonte cette affirmation dans un article très détaillé:

  • Oui, Paris connaît un plus fort taux de concentration de particules PM10
  • Mais les particules les plus dangereuses sont les PM2,5
  • L'air chinois contient d'autres polluants dangereux
  • On apprend également que c'est au Soudan que la pollution aux particules fines est la plus importante, avec une concentration moyenne de 136,75 migrogrammes de PM10 par mètre cube d'air en 2010.
Source: Le Monde.fr
Cécile Chalancon
Cécile Chalancon (99 articles)
Editrice à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte