Municipales 2014France

Votre commune fait-elle partie des 2.000 qui comptent plus d'électeurs que d'habitants?

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 12.03.2014 à 12 h 01

Le Touquet / Pir6mon via Wikimedia Commons

Le Touquet / Pir6mon via Wikimedia Commons

France Info nous fait découvrir, ce mardi 11 mars, le hameau corse de Campi, qui a la particularité de compter 44 inscrits sur les listes électorales et 22 candidats aux municipales pour seulement... 18 habitants. La veille, France Bleu 107.1 révélait l'existence d'un recours d'un habitant de Levallois-Perret contre l'inscription sur les listes électorales de l'épouse du maire, Isabelle Balkany, au motif qu'elle vit en réalité à Giverny, dans l'Eure.

Derrière ces deux informations, un même phénomène: celui des électeurs inscrits dans une commune où ils ne résident pas la majorité du temps.

Le code électoral prévoit en effet qu'un électeur peut demander son inscription dans une commune où il n'habite pas habituellement mais où lui ou son/sa conjoint(e) figure depuis au moins cinq ans «au rôle d'une des contributions directes communales»: taxe d'habitation, taxes foncières, taxe professionnelle.

En résumé, un électeur qui possède depuis cinq ans une résidence secondaire ou des biens familiaux (terres...) dans une commune peut s'y inscrire. C'est ce qui explique que certaines communes comptent davantage d'électeurs que d'habitants.

Quelle est l'ampleur du phénomène? Pour tenter de l'évaluer, nous avons comparé les chiffres du dernier recensement de population, entrés en vigueur en janvier 2014, avec ceux du nombre d'inscrits lors de la dernière présidentielle, en 2012. Résultat: on compte 1.994 communes dont le nombre d'électeurs est supérieur à celui d'habitants. Voilà les dix premières, qui comptent un différentiel d'au moins 200:

1. Le Touquet-Paris-Plage (Pas-de-Calais): +798
2. Le Barcarès (Pyrénées-Orientales): +702
3. Terre-de-Bas (Guadeloupe): +557
4. Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône): +380
5. Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine): +282
6. Saint-Louis (Guadeloupe): +273
7. Ghisoni (Haute-Corse): +243
8. Grand-Rivière (Martinique): +234
9. Calacuccia (Haute-Corse): +217
10. Casamaccioli (Haute-Corse): +209

[Note: ces résultats ne doivent pas s'interpréter comme «Le Touquet compte 798 électeurs qui n'y résident pas en temps normal». Ce chiffre est bien plus élevé puisque sur les 4.495 habitants de la ville, une partie (moins de 18 ans, étrangers) n'est pas inscrite sur les listes électorales]

» Cliquez ici pour consulter la liste complète, triée par département, des communes comptant plus d'électeurs que d'habitants

En pourcentage, les deux communes les plus «surpeuplées» d'électeurs sont, assez logiquement, les moins peuplées de France, Majastres (Alpes-de-Haute-Provence) et Rochefourchat (Drôme), qui comptent dix fois plus d'électeurs que d'habitants –respectivement vingt et dix, pour deux et un habitants. Ce qui n'empêche pas ces communes d'avoir trouvé suffisamment de candidats pour les sept sièges à pourvoir aux municipales, contrairement à 64 de leurs consoeurs.

Le Télégramme expliquait récemment que «les électeurs sont de plus en plus nombreux à faire [le choix d'une autre ville] pour les élections locales. Parce qu'ils sont attachés à leur commune d'origine ou de coeur. Parce qu'ils pensent que leur voix y aura plus d'influence que dans la grande ville où ils travaillent».

Ces chiffres gonflés sont liés notamment aux résidences secondaires: comme le rappelait l'an dernier Le Point, Le Barcarès, c'est «4.500 habitants l'hiver, 120.000 l'été». Et ils suscitent régulièrement des polémiques, entre accusations, au mieux, d'électoralisme ou de radiations mal effectuées, au pire, de faux électeurs.

«Ces propriétaires de résidences secondaires barcarésiennes sont des électeurs que le maire a été chercher en personne. Il les incite lourdement à s'inscrire au Barcarès, même s'ils habitent ailleurs en France. C'est du pur électoralisme», expliquait récemment à L'Indépendant catalan Daniel Philippot, candidat FN au Barcarès. Aux Saintes-Maries-de-la-Mer, le maire Roland Chassain, qui s'était distingué aux législatives en se retirant pour laisser le FN en duel face au PS, a dû se justifier à l'automne dernier:

«S’il y a plus d’électeurs que d’habitants, c’est parce qu’il y a mille résidences secondaires et que la plupart de leurs propriétaires ont décidé de voter ici car ils apprécient notre boulot.»

A l'opposé, certaines communes comptent un nombre d'électeurs très faible par rapport à celui des habitants. C'est notamment le cas des communes très jeunes ou comptant beaucoup d'étrangers: Clichy-sous-Bois ou Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, comptent un tiers d'électeurs à peine. Mais aussi de cas un peu particuliers comme les villes auxquelles sont rattachées des bases militaires ou des prisons, dont beaucoup de «locataires» ne sont pas inscrits dans la commune.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (942 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte