C'est dans l'actuFrance

Que révèlent les enregistrements de Patrick Buisson lors des réunions à l'Elysée?

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.03.2014 à 18 h 48

Patrick Buisson lors d'une cérémonie pour le 600e anniversaire de Jeanne d'Arc, à Vaucouleurs, 6 janvier 2012. REUTERS/Philippe Wojazer

Patrick Buisson lors d'une cérémonie pour le 600e anniversaire de Jeanne d'Arc, à Vaucouleurs, 6 janvier 2012. REUTERS/Philippe Wojazer

Le 12 février, Le Point révèlait l’existence d’enregistrements par Patrick Buisson de réunions à l’Elysée autour du président de la République.

«A l'aide d'un dictaphone dissimulé dans sa veste, Buisson a capté des heures et des heures de réunions stratégiques, concernant notamment la campagne présidentielle de 2012, où étaient conviés d'autres conseillers.»

A l'époque, l'avocat de Patrick Buisson, Gilles-William Goldnadel, rappelle le Huffington Post, avait déclaré vouloir porter plainte contre Le Point: «Patrick Buisson nie farouchement le fait d'avoir enregistré Nicolas Sarkozy à son insu.»

Cette fois-ci, le même avocat explique que ces enregistrements sont authentiques. Buisson les aurait, selon sa défense, utilisé comme des notes pour préparer les prochaines réunions, et les effaçait par la suite. «Sauf manifestement quelques-uns qui ont été dérobés et dont il est fait présentement un usage extravagant et pervers», a déclaré son avocat.

Deux médias publient les enregistrements, Le Canard Enchaîné et Atlantico, les deux couvrant deux jours différents. 

Le remaniement

Dans son édition du 5 mars, Le Canard Enchaîné publie un extrait de ces enregistrements (et 15 minutes sur son site internet). Il s’agit d’une réunion du 27 février 2011, à l’Elysée, pour préparer l’allocution aux Français du président, qui va annoncer un remaniement pour s’adapter à la nouvelle donne née du Printemps arabe, «et sans le dire, préparer l’échéance présidentelle de mai 2012», explique le Canard.

Sont aussi présents autour du président Henri Guaino, conseiller spécial, Franck Louvrier, conseiller en communication, Jean-Michel Goudard, publicitaire et Pierre Giacometti, sondeur. A la fois Guaino, Giacometti, Goudard et Louvrier, contactés par le Canard, ont assuré ne pas avoir été au courant du fait qu’ils étaient enregistrés…

Lors de ce remaniement, les deux ministres en position difficile, Michèle Alliot-Marie aux Affaires étrangères à cause de son déplacement en Tunisie en 2010 et Brice Hortefeux à l’Intérieur, à l'époque condamné pour injure raciale (il sera finalement mis «hors de cause»), seront remplacés respectivement par Alain Juppé et Claude Guéant.

Sur la stratégie politique, l’enregistrement du Canard confirme l’influence de Patrick Buisson sur les orientations que prendra Nicolas Sarkozy à l’approche de sa campagne pour sa réélection. Voici l’extrait lors duquel Sarkozy évoque le remplacement d’Hortefeux par Guéant à l’Intérieur:

«Nicolas Sarkozy: Vous n’avez pas d’états d’âme sur Brice?

Patrick Buisson: On en a tous. On aime tous Brice. Le problème est de faire un choix politique.

NS: Je veux pas finir comme Daniel Vaillant avec Jospin […] Brice dit que le sentiment d’insécurité a regressé. Toutes les études montrent que ce n’est pas vrai.

PB: En matière d’immigration, Brice est inhibé […] Une partie de notre électorat manifeste une certaine impatience.

NS: Et puis il y a les pespectives judiciaires.»

Buisson et la justice

Dans un autre enregistrement de réunion publié par le site Atlantico, enregistré la veille de cette réunion, Patrick Buisson, qui rentre en voiture de l’Elysée avec Jean-Michel Goudard, évoque les affaires judiciaires le concernant directement. Dès 2010, l’association anticorruption Anticor avait déposé plusieurs plaintes dès 2010, concernant des faits de favoritisme et de détournement de fonds publics au profit de société de sondages dont des enquêtes ont été commandées par l’Elysée, parmi lesquelles celle de Patrick Buisson.

Dans cet extrait, Buisson et Goudard abordent la question du remplacement de Claude Guéant, nommé à l'Intérieur, par Xavier Musca au poste de secrétaire général de l'Elysée, et la capacité qu'aura ou non ce dernier à peser auprès du parquet comme le faisait manifestement son prédécesseur...

«Patrick Buisson: Ouais. Parce que tu vois l’avantage de Guéant, là depuis 3 mois, c’est qu’il connaissait un petit peu les dossiers, notamment pour les affaires auprès du parquet. Il se mouillait un petit peu. Il va falloir expliquer tout ça à Musca, et vite hein parce que…

Jean-Michel Goudard: Ouais à moins que tu ne continues avec Claude?

PB: Ouais. Ouais. Ouais. Ouais.

JMG: Ben ça l’intéresse quand même directement parce que… l’Elysée c’était lui à cette époque-là.

PB: Ouais, ouais. Oui mais est-ce qu’il a, en tant que ministre de l’Intérieur, autorité à parler au parquet? C’est plus facile quand t’es secrétaire général de l’Elysée que ministre de l’Intérieur.»

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte