Égalités / France

Antoinette Fouque, co-fondatrice du MLF, est décédée mercredi à 77 ans. Réécoutez-la.

Temps de lecture : 2 min

Le 13 décembre 2013, Najat Vallaud-Belkacem reçoit Antoinette Fouque. Photo © Razak
Le 13 décembre 2013, Najat Vallaud-Belkacem reçoit Antoinette Fouque. Photo © Razak

La grande militante féministe Antoinette Fouque est décédée dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris à l’âge de 77 ans. Ce sont «ses amies du MLF» qui l’ont annoncé vendredi soir. Figure historique du féminisme français des années 70, co-fondatrice du MLF en 1968, créatrice et directrice des éditions des Femmes (1973), elle fut l’animatrice du groupe «Psychanalyse et Politique», l’un des courants majeurs du féminisme en France.

L’apport philosophique et politique d’Antoinette Fouque est évidemment très riche. Personnage central du féminisme français, Antoinette Fouque était l’invité de France Culture l’an dernier d’A voix nue, pour une série de cinq entretiens d’une heure, au cours desquels elle revient sur son enfance et ses idées.

Sur son enfance et ses parents:

Sur le MLF:

Sur la psychanalyse et les femmes:

Sur la maternité et la gestation:

La politique:

Newsletters

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Un point de vue qui va à rebours des revendications pour l'application des lois et des sanctions envers les agresseurs.

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Pour les travailleurs et travailleuses du sexe, le Covid-19 prouve qu'il est plus que temps de changer de paradigme et de trouver des alternatives à la répression.

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Le gouvernement garde le silence face à l'appel de soignant·es et de personnalités politiques qui s'inquiètent du risque qui pèse sur le droit à avorter pendant l'épidémie.

Newsletters