C'est dans l'actuFrance

L'accident mortel de train dans les Alpes-de-Haute-Provence n'est pas survenu sur une ligne exploitée par la SNCF

Slate.fr, mis à jour le 08.02.2014 à 14 h 40

La localisation approximative du déraillement du train Nice-Digne.

La localisation approximative du déraillement du train Nice-Digne.

Un train touristique a déraillé, samedi 8 février, au niveau de Saint-Benoît (Alpes-de-Haute-Provence), tuant au moins deux personnes et en blessant plusieurs.

Selon le site du Figaro, l’accident, qui s’est produit sur la ligne Nice-Digne-les-Bains, dite «train des Pignes», «a eu lieu vers 11 heures, […] au milieu du trajet, dans un endroit isolé, recouvert de neige». Un éboulis serait à l’origine du drame.

Evidemment, la première réaction d’une personne apprenant cet accident est de penser à la SNCF et d’évoquer une possible série noire pour la compagnie après le déraillement de Brétigny-sur-Orge en juillet dernier, qui avait fait sept morts.  Sauf que ce n’est pas le cas: ce train n’est pas exploité par la SNCF et son réseau n’est pas géré par Réseau Ferré de France. Le service de presse de la compagnie a d’ailleurs publié très vite une mise au point sur son compte Twitter.

La ligne Nice-Digne est en fait un des cas à part dans le transport ferroviaire de voyageurs en France.

Un rapport sénatorial de 2009 sur la libéralisation du secteur notait que, vis-à-vis du monopole d’exploitation de la SNCF sur le réseau ferré national, «il existe quelques exceptions historiques de gestion privée sur des réseaux secondaires». Certaines d’entre elles concernent «des chemins de fer touristiques, exploités par des sociétés privées: tramway du Mont-Blanc (74), chemin de fer de la Rhune (64), de La Mure (38), de Tence (43)».

L’autre grande exception est donc la ligne Nice-Digne, pour laquelle le syndicat mixte Méditerranée Alpes (auquel a succédé la région Paca en 2007) avait reçu une concession de service public de l’Etat dix ans avant la loi d'orientation des transports intérieurs de 1982. Il avait confié l’exploitation de la ligne à la compagnie ferroviaire du sud de la France (CFSF), filiale de Transdev, société commune de la Caisse des dépôts et de Veolia, dont la délégation de service public a expiré le 31 décembre 2013.

Depuis, comme le notait l’an dernier Nice-Matin, l’exploitation de la ligne a été récupérée par une régie gérée par la région Paca, en faisant la première ligne ferroviaire gérée par le privé avant d’être récupérée par le public.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte