C'est dans l'actuFrance

La manifestation anti-avortement de Paris vue par les médias espagnols

Alexandra Le Seigneur, mis à jour le 20.01.2014 à 14 h 12

La manifestation anti-avortement du 19 janvier 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

La manifestation anti-avortement du 19 janvier 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

De 16.000 (selon la police) à 40.000 personnes (selon les organisateurs) ont défilé à Paris, dimanche 19 janvier, sous l'appellation de «Marche pour la vie». Un défilé visant à protester contre des amendements au projet de loi sur l'égalité femmes-hommes examiné, à partir de lundi, à l'Assemblée nationale, dont les manifestants jugent qu'ils ouvrent la voie à une «banalisation de l'avortement».

Cette marche, où l'on trouvait des slogans comme «Libres d'être contre l'IVG», a eu lieu, selon les mots du quotidien catalan la Vanguardia, «en rouge et or», référence aux couleurs du drapeau espagnol. Des «Viva España» se sont fait entendre dans la foule, un projet de loi sur «la protection de la vie de l’être conçu et la protection de la femme enceinte» y ayant été annoncé fin décembre par le ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardó. Des élus espagnols ont rejoint les manifestants français, comme les députés du Parti populaire (droite) José Eugenio Azpiroz Villar et Javier Puente et le sénateur Luis Peral.

Si ABC (article payant) estime que la France «se mobilise elle aussi contre la culture de la mort», le quotidien de centre-droite El Mundo, qui a qualifié d’«obscurantiste» et d’«anachronique» le projet de loi espagnol, rejeté par 78% des sondés, a dressé un portrait ironique des manifestants:

«Des  couples accompagnés de multitudes d’enfants et de poussettes, des prêtres sans soutane et des retraités endimanchés, des jeunes habillés comme s’ils étaient fans d’Iniesta et de Casillas [des vedettes de l’équipe de football espagnole, ndlr], des bérets noirs et des foulards comme si nous étions aux fêtes de San Fermín —c’est peut-être pour ça que quelqu’un agitait un drapeau basque—, des chansonnettes rétro comme celles qu'on entendait en vacances à Benidorm, des insultes éparses envers le gouvernement (socialiste bien sûr) et des slogans scandés avec fermeté: "Non au génocide médical", "Nous défendons la dignité humaine" et peut-être le meilleur, "Avec Hollande, avorte et tais-toi".»

El Mundo rappelle que des associations catholiques manifestent tous les ans depuis 2005 contre l’avortement le jour de l’anniversaire de la promulgation de la loi Veil, à l'exception de l’année dernière, «parce qu’elles préféraient rejoindre les manifestations du collectif La Manif pour Tous contre le mariage gay et l’adoption par les couples de même sexe». Le journal conservateur et catholique La Razón explique lui lui que la France est un des pays avec le taux d’avortement le plus haut d’Europe (220.000 cas par an) et que la manifestation d’hier fut la plus réussie de toutes celles déjà organisées.

El Pais, de son côté, résume les deux dispositions concernant l'avortement qui vont être débattues à l’Assemblée. La première, «plus symbolique que pratique», propose de supprimer la mention de «situation de détresse» qui justifiait l'IVG dans la loi Veil de 1975. La seconde vise elle à réprimer plus franchement les entraves à l'avortement, notamment la désinformation en ligne.

Alexandra Le Seigneur
Alexandra Le Seigneur (74 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte