France

Taxis vs véhicules avec chauffeur: le problème, c'est la licence

Temps de lecture : 2 min

Une grève de taxis à Marseille en 2008. REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Une grève de taxis à Marseille en 2008. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Si vous ne comprenez rien à la guerre entre les taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), revoyez La Grande Illusion, de Jean Renoir. Car c'est en reprenant sa formule, «chacun a ses raisons», que Guillaume Allègre, économiste à l’Observatoire français de la conjoncture économique, explique le conflit qui a conduit, lundi 13 janvier, à une manifestation des chauffeurs de taxis. Et cela à cause d'une inégalité fondamentale entre taxis et VTC: les premiers ont besoin d’une licence estimée à 230.000 euros pour exercer, les seconds, non. Que ces licences soient achetées ou louées par les chauffeurs, elles doivent être remboursées –et le pire est qu'elles peuvent aussi être obtenues gratuitement, mais après un délai extrêmement long. Cela coûte trop cher pour autoriser un autre acteur dans le marché.

Guillaume Allègre rejette l’idée de la victoire du lobby des taxis contre l’innovation des VTC. Il explique, dans un premier billet, qu’on assiste à un «classique conflit entre producteurs, qui veulent défendre leurs revenus, et consommateurs, qui veulent un service de taxi peu coûteux et disponible rapidement […]. Ce conflit se double d’un non moins classique conflit entre détenteurs d’une licence ayant une valeur de rareté et nouveaux entrants, défenseurs de l’ouverture du marché».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

L’alliance entre consommateurs et nouveaux entrants, les VTC, «paraît naturelle», explique Guillaume Allègre. Dans un second billet, il insiste sur l’absurdité de la régulation actuelle, et propose comme solution de «racheter les licences actuelles au fil de l’eau (lorsque les chauffeurs de taxis prennent leur retraite) […] à leur valeur d’acquisition majorée d’intérêts et à attribuer de nouvelles licences gratuites mais non cessibles». Car l’enjeu dans cette guerre est n'est pas celui du prix du trajet –égal entre VTC et taxis– mais bien le prix de la licence.

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio