FranceSmart Cités

Municipales 2014: les dix points du programme du «smart maire»

Julien Damon, mis à jour le 24.01.2014 à 10 h 55

Voici à quoi pourrait ressembler le programme municipal d'un candidat qui prendrait en compte les logiques de la ville intelligente et de la révolution numérique

Le pavillon de la France (Biennale d'architecture de Venise) / Jean-Pierre Dalbéra via Flickr CC Licence By

Le pavillon de la France (Biennale d'architecture de Venise) / Jean-Pierre Dalbéra via Flickr CC Licence By

Dans la collection des discours et programmes préformatés par des partis politiques et/ou des officines spécialisés, voici ce que pourrait être le contenu du volet «smart» de la campagne d’un candidat, de gauche comme de droite, à la prochaine élection.

Il ne s’agit pas tant de faire élire le «smart maire» que de faire endosser à un candidat une série de réflexes, propositions, phrases qui relèvent de la logique «smart cités».

Le préambule

Dans le préambule de son tract (en deux pages, tout de même), ou bien en introduction de ses propositions sur son site, le candidat doit fonder la légitimité de son propos. Voici quelques paragraphes bien sentis qui peuvent lui servir.

«A l’origine de ce programme, un double constat: la nécessité de freiner l’accroissement des dépenses locales dans un contexte généralisé et préoccupant de disette budgétaire; la nécessaire prise en compte du thème des “villes intelligentes” comme nouvelle grille de lecture du fait urbain. Et une conviction: les démarches et services développés localement au nom de la ”ville intelligente” peuvent aider la municipalité à réduire ses dépenses, tout en contribuant à l’amélioration de la qualité de service.

Il s’agit également de soutenir une plus grande performance publique et par la même occasion de générer des retombées économiques. Ce programme, appuyé sur une large concertation, s’adresse aux entreprises et aux habitants de la ville pour leur proposer de construire ensemble la ville.

La ville intelligente, ”smart city” ou “smart cité” est, en effet, une nouvelle façon de penser la ville, le service urbain et l’interaction de ses différents acteurs (administration, habitants, entreprises). Métropolisation, complexité croissante du fait urbain, place accrue du numérique et des données, nécessité de contenir la dérive des dépenses publiques locales: la ville intelligente est le lieu des défis de l’urbanisation et des opportunités permettant d’y faire face.

Pour répondre aux enjeux de la ville de demain —services et infrastructures de qualité, création de valeur, aspiration croissante des habitants à la participation—, la métropole intelligente développe le numérique dans les services urbains pour rendre la ville plus efficace, expérimente de nouvelles collaborations public-privé pour accroître les retombées économiques et fait participer les habitants à la “fabrication” de la ville. La smart city dépasse ainsi une gestion du service urbain historiquement organisée en “silos” pour privilégier une approche en réseau, dans laquelle l’utilisation des ressources numériques devient essentielle.»

Bien entendu, ce préambule peut être adapté localement, notamment en citant le nom de la ville. Et en critiquant les manquements passés de la mandature précédente (si le candidat est dans l’opposition) ou bien en vantant les réalisations passées, appelées à encore se développer (si le candidat est dans la majorité, et, surtout, s’il se présente à sa propre succession).

Le programme du «smart maire» en dix points

Ce «programme smart» n’est pas le programme intégral d’un candidat, mais la partie dédiée à la révolution numérique dans un programme plus général. Ce sont des suggestions d’intégration aux idées et propositions d’un «smart maire» particulièrement soucieux de prendre en considération les contraintes et besoins des entreprises et des habitants, en faisant preuve de la plus grande modernité numérique.

Le texte est rédigé de manière à pouvoir nourrir un tract (assez dense tout de même) ou bien une page Internet (qu’il faudra illustrer de manière convaincante).

«Afin d’adapter la ville à la révolution numérique qui affecte tous les domaines de l’existence, je m’engage, dès la mise en place de la nouvelle équipe municipale, à...

1. Evaluer

Réaliser un audit technique sur l’adaptation de la municipalité, de son administration et de ses réseaux à la révolution numérique. Cet audit portera sur les trois volets de la performance des services locaux, des coûts qui peuvent être réduits et du niveau de sécurité de l’ensemble des réseaux.

2. Simplifier la vie des habitants

Constituer une plate-forme guichet unique pour les habitants. Tous les services et toutes les informations utiles à la vie métropolitaine seront concentrés sur un site et une application uniques.

3. Simplifier la vie des entreprises

Constituer une plate-forme guichet unique pour les entreprises. Tous les services et toutes les informations utiles aux entrepreneurs et aux gestionnaires seront, eux aussi, concentrés sur un site et une application uniques. Les responsables d’entreprise y trouveront, notamment, des simulateurs relatifs à la fiscalité locale.

4. Assurer l'open data

Mettre à disposition, de façon aisément accessible, les données dont disposent les services, sur le deux sites entreprises et habitants. Deux possibilités seront proposés: un accès gratuit à des packages de données de base; un accès avec tarification à la carte pour les données appelant des traitements particuliers.

5. Mieux associer les habitants

Mise en place d’une plateforme participative pour l’organisation de débats publics permettant aux habitants, d’être de véritables acteurs associés à la co-construction des solutions envisagées par la commune (transport, plan climat énergie territorial, développement de nouveaux services…).

6. Mieux associer les entreprises

Instaurer un comité de suivi, avec les entreprises volontaires, de la métropole (à travers le SCOT) pour mieux associer les entrepreneurs à la démarche smart.

7. Organiser l'administration

Etablir, dans l’administration de la métropole, une fonction de Chief Data Officer (CDO). Ce responsable de haut niveau et son équipe seront en charge de la gestion active et patrimoniale des données. Ces postes seront issus des quatre directions des finances, du développement, des systèmes d’information et de la sécurité.

8. Réduire la fracture numérique

Organiser, avec l’Éducation nationale, l’Université et les entreprises volontaires, des sessions de formation pour tous les habitants qui souhaiteraient se mettre à niveau. La lutte contre la fracture numérique doit être une priorité de la politique métropolitaine de lutte contre l’exclusion. Elle passera par une "clause d’insertion numérique" dans chacun des contrats passés avec les opérateurs «smart».

9. Faire vivre un réseau d'anciens

Construire, à partir du site de la ville, un réseau social des habitants actuels mais aussi des anciens habitants. Comme pour les réseaux d’anciens d’écoles, il s’agit de faire vivre la métropole par tous ceux qui la vivent et tous ceux qui l’ont fait vivre. Car la prospérité à venir doit s’appuyer sur les richesses du passé.

10. Trouver de nouvelles ressources

Diversifier les ressources de la ville, au-delà de la métropole, en faisant fructifier son capital de données (facturation des nouveaux services personnalisés de traitement de données produits au-delà de la seule mise à disposition des bases; rémunération de la participation et de l’investissement, en partenariat, dans des entreprises innovantes). On incitera plus le développement économique qu’on ne le subventionnera. Et la collectivité en profitera.

L’ensemble de ces dispositions a trois vocations:

améliorer la qualité de vie pour tous;

diminuer les coûts de gestion;

améliorer la compétitivité et l’attractivité de la métropole.»

Si avec tout cela le candidat n’est pas élu, c’est à désespérer du «smart»…

Plus rigoureusement, ce sont bien ces dix points qui peuvent composer le contenu intelligent d’un programme municipal pour une ville plus intelligente.

Julien Damon

Julien Damon
Julien Damon (19 articles)
Professeur associé à Sciences Po
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte