FranceLu, Vu & Entendu

Le problème de la France avec son immigration, vu par un Américain

Cécile Dehesdin, mis à jour le 07.01.2014 à 11 h 28

Le 7 août 2013. REUTERS/Christian Hartmann

Le 7 août 2013. REUTERS/Christian Hartmann

Newsweek persiste et signe. 

L'article de Janine di Giovanni «The Fall of France» (la chute de la France) publié ce week-end était bourré d'erreurs factuelles et caricatural –présentant la France vue par le petit bout de la lorgnette des habitants aisés du VIe arrondissement parisien–, au point qu'on en a tiré un bingo.

Le magazine a répondu à la polémique créée par cet article en France par un nouvel article qui tient plus du trolling magistral que du journalisme: encore une fois, le fond –les problèmes économiques de notre pays– disparaît sous la forme.

La journaliste, Leah Mcgrath Goodman, explique qu'on pourrait peut-être faire revivre notre économie si on ne niait pas les soucis actuels du pays en réagissant négativement aux articles de Newsweek (et finit d'un «Comme le disent les Français, "pour être continué"»...).

Mais oublions Newsweek et concentrons-nous plutôt sur le New York Times, qui publie dans son blog philosophie (oui) une très intéressante tribune de Justin E. H. Smith, expatrié américain à Paris où il enseigne à l'université Paris 7. Bon point de départ pour lui, il n'évoque ni le Jardin du Luxembourg, ni le VIe arrondissement, et parle à la place des contrôles au faciès à Gare du Nord.

Plus largement, Justin E. H. Smith s'interroge sur le rapport de la France à son immigration. Il explique qu'il entend constamment des gens dire que le plus gros problème de notre pays sont ses minorités ethniques, que «la présence d'immigrés compromet l'identité même de la France», des affirmations généralement faites sans aucunement prendre en compte «la responsabilité historique du pays, en tant que pouvoir colonial, quant à la présence d'anciens sujets de ses colonies en métropole».

Il note –contrairement aux auteurs des mauvais articles sur la France– sa place de privilégié: dans le système de «caste» des étrangers en France, il n'est pas vu comme un immigré mais comme un expatrié. Cette division en deux catégories est inscrite jusque dans ses visites aux bureaux de l'immigration français: 

«Les Maliens et les Congolais sont emmenés dans une salle, les Américains et les Suédois dans une autre. Pour les premiers, le processus ressemble à une mise en quarantaine, et l'attitude des fonctionnaires ressemble à celle de gardiens de prison; pour les seconds, la visite aux bureaux de l'immigration ressemble davantage à une cérémonie d'accueil, et toutes nos interactions avec les fonctionnaires sont sous-tendues par une présomption d'égalité.»

Justin E.H. Smith y décrie les positions d'Alain Finkielkraut sur l'immigration, et estime qu'il est faux de «supposer que les immigrés mettent en place un plan pour changer le caractère du pays où ils sont venus. Parler d'"occuper" et d'"envahir" est analogique, et décrit en fait bien plus justement ce qu'on fait les Etats européens dans leurs anciennes colonies, et qui, encore une fois, est une part cruciale des tendances de migrations vers l'Europe de nos jours».

Cet article est passionant, il est à lire en entier ici.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte