Municipales 2014 / France

Laurent Lopez maire de Brignoles... sur Wikipédia

Temps de lecture : 2 min

Une modification sur l'encyclopédie en ligne effectuée par un anonyme va un peu vite en besogne...

On ne va pas revenir ici sur les discussions sans fin concernant la fiabilité de Wikipédia. On peut considérer que l’encyclopédie contributive l’est, et surtout l’est de plus en plus. On peut aussi dire que souvent, elle est aussi réactive que les sites d’infos les plus chauds, mettant à jour les informations sur les personnalités à la seconde ou presque où elles connaissent une modification dans leur biographie. Que ce soit un décès, ou l’obtention d’un prix. L’attribution d’un prix Nobel se fait incroyablement vite sur Wikipédia.

Ce mardi, vers 21h, l’encyclopédie a peut-être pris 6 mois d’avance et affichait depuis 19h que la commune de Brignoles, dans le Var, était désormais dirigée par «Laurent Lopez, FN», pour un mandat courant de «2013 à 2019».

Certes, Laurent Lopez a bien remporté une élection à Brignoles, dimanche. Mais si cette élection a fait la une de tous les médias français, il s’agit quand même d’une élection cantonale partielle. Une élection qui ne donne bien sûr pas droit de siéger au conseil municipal et encore moins accès au fauteuil du maire de cette ville du Var. Le maire de Brignoles, c’est toujours le communiste Claude Gilardo. Au moins jusqu’en mars prochain.

La victoire du frontiste Laurent Lopez sur l’UMP dimanche, la première victoire du FN en duel face à la droite depuis 1998, ne donne — et c’est déjà beaucoup— que le droit de s’installer au conseil général du Var. Et de le mettre en position de pouvoir briguer comme il l’a déclaré dimanche, le poste de maire de la ville, qui sera renouvelé comme les autres communes de France en mars prochain. De là à remporter l'élection...

Le (farceur?, un utilisateur à qui le ramdam des derniers jours lui a fait prendre une cantonale pour une municipale?) auteur de ce changement va donc bien vite en besogne—a priori ce n’est pas un administrateur identifié de l’encyclopédie, et son travail inachevé montre qu’il s’agit-là d’un petit coup en passant. Nul doute que les contributeurs de Wikipédia rendront très vite à Claude Gilardo les clés de la mairie et sa place sur cette page «toujours à l’état d’ébauche».

JH

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters