Municipales 2014 / France

Le FN ne créera pas la surprise aux municipales

Temps de lecture : 2 min

Ou en tout cas, pas celle qu'annoncent les médias.

Ta-Dah! / Harald Hoyer via Flickr CC License by
Ta-Dah! / Harald Hoyer via Flickr CC License by

Marine Le Pen ne sera pas la surprise des prochaines élections. Pour une raison assez simple, en fait: si l’intégralité des magazines, des journalistes, des chroniqueurs et des animateurs annoncent unanimement que le Front national va faire un score surprise aux élections municipales, on ne peut plus vraiment dire qu’il s’agira d’une surprise. Ou alors il s’agira de la surprise la plus éventée de l’Histoire des surprises. Mais au moins, on ne pourra pas dire que nous n’avions pas été prévenus.

Je me permets donc de suggérer aux analystes politiques de remplacer leur «je crois que la vraie surprise de ces élections, ça va être le score du Front national» par «à l’instar de tous mes collègues, je pense que le FN va faire le score qu’on lui prédit». Fonctionne peu importe le lieu, qu’il s’agisse de Paris –«le Front national peut-il créer la surprise à Paris?», de Marseille –«Le candidat du Front national pourrait créer la surprise lors des municipales à Marseille» ou de n’importe où en France –«Outre le Sud-Est, la surprise peut venir aussi du Nord ou de l’Est».

A l’inverse, on pourra prédire un score surprise du Front national à la condition d’annoncer un score médiocre. «Je pense que la vraie surprise de ces élections va être l’écroulement du Front national.»

Remarquons d’ailleurs que ce motif récurrent de la surprise n’est pas sans déplaire au FN puisqu’il lui permet de conserver son statut si précieux d’outsider. La connotation associée à son vote peut donner l’impression à certains Français de provoquer une chose imprévue qui trouble le jeu politique et ce n’est sans doute pas un hasard si cette rhétorique est précisément celle du Front national lui-même.

Celui qui n’est pas attendu, c’est celui qui n’est pas institutionnel. Le terme même de «surprise» dans la sémantique du FN s’oppose donc en sous-texte à l’idée d’UMPS –qui elle-même renvoie au «tous pourris».

Cette propension à accoler le champ lexical de la surprise au vote FN le sert donc utilement. Si on recherche dans l’inconscient collectif, qui d’autre a fait de l’idée de «surprise» sa marque de fabrique? Vous ne voyez pas? Kinder, pardi. On est en train de faire du Front national le kinder surprise des élections. «Oh regarde mon chéri, je crois qu’il y a une surprise pour toi dans ton élection…»

A chaque fois, un moment de joie...

Et avec Kinder surprise, on peut aussi jouer à «l’invité surprise»:


Kinder Surprise, l’invité surprise par TheMax1163

Et vous, quelle surprise allez-vous inventer pour ces élections?

T.L.

Titiou Lecoq

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters