C'est dans l'actuFrance

Selon Mediapart, Serge Dassault «admet avoir payé» pour une victoire électorale

Slate.fr, mis à jour le 15.09.2013 à 23 h 05

Serge Dassault à le 11 décembre 2012. REUTERS/Philippe Wojazer

Serge Dassault à le 11 décembre 2012. REUTERS/Philippe Wojazer

C'est la dernière révélation du site Mediapart: Serge Dassault, sénateur UMP «admet dans un enregistrement clandestin réalisé fin 2012» — dont des extraits sont en ligne sur le site — «avoir payé pour s’assurer de la victoire de son successeur à la mairie de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter, lors de la campagne municipale de 2010». Grâce à cet enregistrement, ce serait «tout un système de corruption aux conséquences criminelles qui se fait jour».

Mediapart explique que l'enregistrement correspond à une conversation dans laquelle deux hommes, citoyens de Corbeil-Essonnes (fief de Dassault) ayant obtenu rendez-vous avec le milliardaire, se «plaignent qu’un acteur clé du "système Dassault" n’ait pas redistribué comme prévu 1,7 million d’euros destinés à des personnes qui ont participé à la campagne victorieuse de 2010 dans des quartiers populaires du sud de Corbeil.»

Les deux hommes à l’origine de l’enregistrement se sont fait tirer dessus trois mois plus tard.

En février dernier, Le Point avait rapporté l'affaire, mais sans posséder l'enregistrement. L'hebdomadaire évoquait ainsi les deux auteurs de l'enregistrement, précisant: «la rumeur populaire les désigne comme maîtres chanteurs. Leur forfait: avoir enregistré à l'aide d'une caméra cachée le sénateur Serge Dassault à propos de l'achat de voix des électeurs de Corbeil. Les corbeaux auraient alors cherché à monnayer l'enregistrement sous la menace d'en divulguer le contenu au Canard enchaîné. Serge Dassault aurait refusé le chantage.» Le Canard avait bien, par la suite, publié une partie du contenu de l'enregistrement.

Des soupçons pèsent depuis longtemps sur Serge Dassault. En octobre 2010 par exemple, on pouvait lire dans Libération:

«Depuis plusieurs années, l’avionneur, milliardaire et sénateur UMP est soupçonné de distribuer des enveloppes à ses électeurs de Corbeil-Essonnes. L’achat de votes n’a jamais pu être prouvé formellement et Dassault le nie mordicus, mais Libération a rencontré un habitant de la cité des Tarterêts qui, pour une fois, apporte des éléments tangibles pouvant éclairer le prochain scrutin municipal.» En l'occurrence un homme de 30 ans qui disait avoir encaissé 100 000 euros après avoir convaincu des proches de voter Dassault et/ou Bechter, et avait montré au quotidien des relevés bancaires allant dans le sens de ses affirmations.

Contacté par Mediapart, Serge Dassault n'a pas souhaité s'exprimer.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte