C'est dans l'actuFrance

Le bijoutier de Nice bénéficie-t-il vraiment d'un soutien de grande ampleur?

Slate.fr, mis à jour le 15.09.2013 à 17 h 10

Capture d'écran de la page de soutien

Capture d'écran de la page de soutien

Le bijoutier de Nice qui a tué mercredi un braqueur, et qui est désormais aux mains de la justice, bénéficie-t-il réellement d'un énorme soutien? Difficile à dire. 

Jeudi, les premières initiatives en sa faveur ont apparu via des pages Facebook de soutien. Alors que l'homme est mis en examen pour homicide volontaire et assigné à résidence, beaucoup d'internautes se sont mobilisés, jugeant que l'homicide dont il est accusé était en fait de la légitime défense.

Parmi les pages Facebook: l'une intitulée sobrement «soutien au bijoutier de Nice», avec pour slogan «soutenons ce bijoutier qui ne faisait que son travail» s'est peu à peu réclamée de plus d'un million de «likes», c'est-à-dire d'adhésion. «Le cap du million a été atteint ce samedi. Vendredi matin, il n'y avait encore qu'une centaine de milliers de soutiens» précisait Le Figaro le 14 septembre. 

Au fur et à mesure que le nombre de soutiens semblait augmenter, relayés sur Twitter notamment par l'extrême droite, les doutes quant à la véritable ampleur du phénomène et à sa spontanéité, augmentait. 

Samedi soir, sur le site Social Bakers, donnant des statistiques sur la page Facebook de soutien, on pouvait lire que l'on comptait, sur le million de fans, environ 246.000 en France, 1000 ou moins dans les autres pays franco, Grande-Bretagne et Etats-Unis et 940.000 dans d'autres pays. De quoi étonner et faire douter du phénomène: pourquoi d'autres pays que la France montreraient-ils le moindre intérêt (a fortiori un intérêt énorme) pour un fait divers niçois? 

Dimanche après-midi, le même site avait mis ses statistiques à jour: bien plus de Français mais toujours une proportion étonnante d'autres pays: 

Devant le scepticisme grandissant, l'administrateur de la page Facebook de soutien, dont l'identité est inconnue, a décidé de montrer les statistiques de sa page, qui normalement ne sont pas publiques. Il écrit:

Pour faire taire les rumeurs, veuillez observer la capture d’écran suivante (ceci est une partie des statistiques que je possède au sujet de la page, elles ne concernent que l’activité du 11 au 13 septembre, il faut encore attendre pour la suite). Patientez avant de dire que ces résultats sont faux, vous aurez bientôt ces données sur vos sites d’analyse de réseaux sociaux préférés.

Suit la capture d'écran:

Dans un deuxième article publié ce dimanche, le Figaro s'interroge: «Un million, cela paraît énorme, les chiffres sont-ils truqués? Possible, mais à la marge. Chaque compte Facebook ne peut «aimer» une page qu'une seule fois. Il est possible que certains internautes se soient créés plusieurs comptes pour multiplier d'autant les «J'aime», mais cela n'aurait pas suffit à atteindre de tels chiffres.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte