C'est dans l'actuFrance

Marine Le Pen porte plainte contre un blogueur

Slate.fr, mis à jour le 14.09.2013 à 13 h 18

Capture d'écran

Capture d'écran

Le 2 avril dernier, en pleine affaire Cahuzac, on pouvait lire sur le blog Politeeks

«Hollande peut et doit rebondir. Sinon c’est la truie 1 lepeniste qui va en profiter: l’électeur va facilement céder au “tous pourris”, et autres discours simplistes de la droite moisie et du FN qui veut -sachez le- empêcher les juges de dénoncer les manquements dans la lutte contre la corruption et la fraude.»

A côté du mot truie, qui désignait manifestement Marine Le Pen, le [1] renvoyait à cette note: «coucou la charte des cons, je vous emmerde».

Mais Marine Le Pen ne l'entendait pas ainsi. Et le blogueur de Politeeks (pilier de la «gauchosphère» comme l'expliquait LeMonde.fr en 2012) est convoqué par la police judiciaire. Il l'a expliqué sur son blog, vendredi 13 septembre: 

«D’après l’Officier de Police Judiciaire  au phone , il s’agit d’un billet “Hollande vite la fraude” ou proche datant du 2 avril 2013 et d’une plainte de MARINE LE PEN  en INJURE PUBLIQUE. (...) Je me rendrai donc serein à cette convocation: Nul n’est identifiable dans ce terme, et tout le monde sait que le seul cochon qui parle est Babe. Et si jamais cette affaire évoluait autrement que par un dossier vide vite fermé, je demanderai à bénéficier de  l’aide juridictionnelle

En France, le délit d'injure publique peut être puni d’une amende maximale de 12 000 €.

Depuis, les soutiens affluent ici ou .

Sur le blog «Tout est politique»: «J'imagine que [Marine Le Pen] tente par cette action de se placer une fois de plus en martyre» et il cite les propos que la dirigeante du FN tenait sur France Info le 8 juillet dernier - dans un tout autre contexte: «Je ne vois pas comment un tribunal pourrait me condamner pour avoir tenu ces propos, même si en France on peut quand même s'inquiéter de la dérive consistant à tenter d'empêcher les prises de position lorsqu'elle ne répondent pas au politiquement correct.» [1]

Cette affaire survient alors que le Front National fait sa rentrée ce week-end, à Marseille.

[1] Mise à jour: Une première version de l'article mentionnait en cet endroit que l'auteur de Politeeks assurait avoir déjà reçu des dizaines de propositions d'aide juridique gratuite et citait ce tweet:

Il s'agissait en fait d'une blague, mais Politeeks n'a pas souhaité donner plus d'information. [retour à l'article]

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte