France / Monde

Syrie: Rony Brauman explique son soutien à une intervention

Temps de lecture : 2 min

Le destroyer américain USS Barry lance un missile de croisière Tomahawk. REUTERS/Jonathan Sunderman.
Le destroyer américain USS Barry lance un missile de croisière Tomahawk. REUTERS/Jonathan Sunderman.

Rony Brauman, l'ancien président de Médecins sans frontières, explique ce jeudi 29 août dans une interview au journal Le Monde pourquoi il est favorable à des frappes ciblées en Syrie. Selon lui, «un palier a été franchi» par Bachar el-Assad avec l’arme chimique («l’arme de l’épouvante»), «qui appelle une réaction».

Interrogé sur les différences entre la situation de la Libye en 2011, époque où il s’était opposé à l’intervention occidentale, et celle de la Syrie en 2013, il répond:

«Ni les justifications ni les objectifs ne sont les mêmes qu'en Libye. J'étais d'ailleurs partisan d'un recours militaire en Libye tant que la menace d'un massacre de la population de Benghazi me semblait crédible. C'est quand j'ai constaté que cette menace était inventée pour justifier une entrée en guerre de l'Otan destinée à renverser le régime que j'ai condamné cette intervention.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Brauman est conscient que des frappes aériennes ne seraient que symboliques et ne changeraient «pas le cours de la guerre», mais estime que «les symboles ont leur importance en politique».

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio