C'est dans l'actuFrance

Fraude fiscale: ce que Condamin-Gerbier aurait dit aux juges sur Laurent Fabius

Grégoire Fleurot, mis à jour le 04.07.2013 à 16 h 55

Laurent Fabius, le 20 mars 2013, à l'Assemblée nationale. REUTERS/Benoît Tessier.

Laurent Fabius, le 20 mars 2013, à l'Assemblée nationale. REUTERS/Benoît Tessier.

Mediapart publie ce jeudi 4 juillet un article (payant) sur les révélations de Pierre Condamin-Gerbier, l’associé de l’établissement Reyl & Cie qui s’occupait notamment du compte en Suisse de Jérôme Cahuzac, aux juges français Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire mardi dernier.

On y apprend que le banquier aurait, selon plusieurs sources précise Mediapart, donné «des informations précises sur les activités financières offshore de l’homme d’affaires Alexandre Allard» aux juges, mais a surtout cité le nom du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, dont la famille pourrait détenir des «avoirs non déclarés en Suisse grâce à plusieurs opérations commerciales sur le marché de l’art, d’après les mêmes sources».

Le site d’Edwy Plenel, qui précise que Condamin-Gerbier s’est fait «plus prudent» sur le cas de la famille de Laurent Fabius (il affirme n’être qu’un «témoin indirect»), rapporte la réponse de l’avocat du ministre:

«Laurent Fabius m’a dit n’être au courant de quoi que ce soit concernant sa famille. A sa connaissance, il n’y a rien. Et le concernant personnellement, c’est une certitude: il n’y a rien.»

Mediapart précise que le ministre des Affaires étrangères avait déjà démenti détenir le moindre avoir caché à l’étranger le 5 avril dernier lors d’un entretien dans son bureau du Quai d’Orsay avec le journal en ligne, qui avait été «mis sur la piste de placements supposés de M.Fabius dans un grand établissement bancaire suisse».

Quelques jours plus tard, un article de Libération avait provoqué un mouvement de panique dans les médias en pleine affaire Cahuzac. Intitulé «Une possible affaire Fabius tétanise l’Elysée», il évoquait «une possible affaire Fabius [qui] mobilise l’exécutif dans le plus grand des secrets».

L'épisode avait irrité du côté de Mediapart, qui avait certes affirmé que «l’établissement financier genevois [Reyl & Cie] pourrait bien dissimuler d’autres cas d’évasion fiscale au bénéfice de hautes personnalités françaises […] dont des responsables politiques», mais n’avait finalement fait aucune révélation sur Laurent Fabius.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte