C'est dans l'actuFrance

Fichier clients de Virgin: le petit entrepreneur, la Fnac et l'eBay des liquidations judiciaires

Cécile Dehesdin, mis à jour le 03.07.2013 à 19 h 05

Récit d'une confusion médiatico-juridique autour de la vente du fichier clients (1,6 million de personnes) de Virgin Megastore.

Des clients au Virgin Megastore des Champs Elysées, à Paris, le 4 janvier 2013.  REUTERS/Christian Hartmann

Des clients au Virgin Megastore des Champs Elysées, à Paris, le 4 janvier 2013. REUTERS/Christian Hartmann

«Le fichier des clients Virgin vendu 122 euros aux enchères», titrait ce matin l'AFP dans une dépêche, reprise par de nombreux médias avec peu ou prou le même titre. C'était la folle histoire d'un entrepreneur toulousain, David Daddi, qui avait tout simplement enchéri sur un site permettant de participer à des ventes de biens dans le cadre de liquidiations judiciaires, liquidationsenchere.com.

Le site avait mis en ligne l'annonce pour ce fichier dans le cadre de la liquidation de Virgin Megastore, prononcée par la justice mi-juin. Elle détaillait que la base de données est constituée de 1.612.723 clients porteurs de la carte de fidélité au 31 décembre 2012, dont plus d'1,2 million contactables par adresse email. 

David Daddi a fait partie des quelques personnes à la repérer, pour finir par emporter les enchères à 122,50 euros.

Cliquez ici pour agrandir l'image

Sauf que voilà, moins de 24 heures plus tard, l'avocat de la liquidatrice judiciaire de Virgin, Me Dominique Wernert, annonce à l'AFP qu'en fait «le juge-commissaire (en charge de la liquidation) a retenu la Fnac comme seul acquéreur du fichier client de Virgin», dans une ordonnance en date du 27 juin. Le secrétaire du comité d'entreprise de Virgin a précisé que quatre offres –de 20.000 à 54.000 euros– avaient été examinées la semaine dernière, et que c'était la plus haute, celle de la Fnac, qui avait été retenue.

L'AFP s'était un peu emballée en affirmant que le fichier clients avait été vendu à 122 euros: comme l'expliquent les conditions générales du site liquidationsenchere.com, «toute offre sur un bien ou objet figurant dans une vente par lot pourrait être refusée par le juge-commissaire ou le liquidateur judiciaire», et «seul le juge-commissaire ou le Tribunal de commerce (suivant les conditions spécifiques de vente retenues) accepte ou refuse l’Offre Validée qui lui sera transmise par le Site à l’issue de l’Enchère du Site».

Autrement dit, David Daddi a gagné les enchères, pas le fichier. Liquidationsenchere précise même en majuscule que «la décision finale relève EXCLUSIVEMENT des organes en charge de la liquidation judiciaire». Ceux-ci peuvent choisir une autre offre, d'une personne pas passée par le site. Le site invite d'ailleurs les utilisateurs à préciser s'ils entendent être présents lors des audiences d'examen des offres devant le Tribunal de commerce.

L'annonce concernant Virgin précisait que toute proposition d'acquisition devait être déposée préalablement sous pli cacheté en l'étude d'un huissier de justice au tribunal de commerce de Paris avant le 25 juin. Or l'AFP a publié en début d'après-midi une nouvelle dépêche, où «une source proche de dossier» assure que son offre n'a jamais été transmise au juge «et n'a donc pas été prise en compte dans le processus d'attribution».

Contacté par Slate, Bob Adler, le fondateur de liquidationsenchere.com, explique avoir reçu le dossier complet de David Daddi ce lundi 1er juillet, et comptait le transmettre cette semaine à la liquidatrice, puisqu'il n'avait pas eu connaissance de l'ordonnance rendue par le juge-commissaire. Il estime que l'affaire est un exemple du manque de transparence autour du processus de liquidation judiciaire à la française, et s'interroge sur le très court délai donné pour proposer une offre d'achat pour ce fichier (la liquidation judiciaire a été annoncée le 17 juin, les offres s'achevaient le 25).

Quant à David Daddi, il a raconté au Point qu'il ne s'était «même pas rendu à Paris pour la vente publique», parce qu'il savait qu'il ne pourrait se mesurer aux autres «gros» acheteurs, et compte publier un communiqué de presse pour clarifier les choses et préciser qu'il ne détient pas la base de données... après avoir pu profiter pendant 24 heures du coup de pub gratuit (ou plutôt d'une valeur de 8,90 euros qu'il a versés à liquidationsenchere pour son dossier) pour le site de crowdfunding social qu'il veut lancer (saluons l'artiste avec un lien vers ce site, reestartup.com).

Et les gens qui avaient une carte de fidélité Virgin dans tout ça? Ils peuvent s'attendre à recevoir des offres commerciales de la Fnac...

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte