FranceC'est dans l'actu

Départ de Delphine Batho: le ministère de l'Ecologie est un des plus instables de la Ve République

Florian Reynaud, mis à jour le 03.07.2013 à 14 h 50

La photo de famille du premier conseil des ministres du gouvernement Ayrault. REUTERS/Pascal Rossignol.

La photo de famille du premier conseil des ministres du gouvernement Ayrault. REUTERS/Pascal Rossignol.

Avec l'éviction, mardi 2 juillet, de Delphine Batho du gouvernement, remplacée par Philippe Martin, le portefeuille de l'Ecologie en est désormais à son 25e titulaire depuis sa création, en 1971.

Il aura connu trois ministres en un peu plus d'un an, puisque Delphine Batho avait elle-même succédé en juin 2012 à Nicole Bricq, victime d'une polémique sur les forages pétroliers en Guyane.

Mais est-il le ministère le plus instable de la Ve République, celui qui constitue un véritable portefeuille éjectable pour son titulaire? Pour le savoir, nous avons dressé la liste du nombre d'occupants des principaux ministères depuis 1958, année de l'avènement de la Ve République.

Avec 30 titulaires en environ 55 ans (soit une durée de vie d'environ 22 mois par ministre), les ministères de l'Education nationale, du Travail et de l'Economie sont en apparence les plus instables. Mais en réalité, les ministères de l'Ecologie et des Affaires européennes le sont encore plus, avec respectivement 25 et 21 occupants en seulement 42 ans et 35 ans d'existence, soit une durée de «vie ministérielle» moyenne de 20 mois.

Le ministère des Affaires européennes a d'ailleurs déjà connu un remaniement depuis le début du quinquennat, avec le remplacement de Bernard Cazeneuve par Thierry Repentin en mars, après la démission de Jérôme Cahuzac. Il avait aussi connu une forte instabilité sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, poussant, en juin 2011, le correspondant de Libération à Bruxelles Jean Quatremer à s'emporter à ce sujet sur son blog:

«A quoi sert un ministre chargé des Affaires européennes? A rien. Strictement à rien. Nicolas Sarkozy vient d’en offrir une nouvelle fois la preuve en changeant pour la cinquième fois en quatre ans le titulaire d’un poste qui n’est plus qu’une variable d’ajustement […].»

Si le ministère de l'Economie fait partie des plus instables (la comparaison avec le ministère de l'Economie allemand est d'ailleurs frappante), il souffre lui d'une malédiction supplémentaire. Ceux qui l'occupent ont une fâcheuse tendance à voir leur nom cité dans des affaires judiciaires, comme nous l'écrivions en mars dernier:

«Parmi tous les ministres, ministres délégués et secrétaires d’Etat ayant détenu le portefeuille de l'Economie, des Finances, de I'industrie et/ou du Budget sous la Ve République, nous dénombrons, pour la période 1960-2013, 20 mis en cause à des degrés divers, allant du témoin assisté au mis en examen en passant par ceux visés par une enquête préliminaire ou une action de la Cour de justice de la République. Parmi ces ministres, quatre ont été condamnés.»

A l'inverse, certains portefeuilles sont beaucoup plus stables que d'autres: citons notamment deux ministères régaliens, les Affaires étrangères et la Défense, ainsi que le ministère de la Culture, qui a connu deux ministres emblématiques sur de longues périodes, André Malraux et Jack Lang. Sans oublier, bien sûr, le poste de Premier ministre, beaucoup plus stable sous la Ve République que la IVe, avec 19 titulaires en 55 ans (Jacques Chirac a occupé le poste deux fois).

Florian Reynaud

Florian Reynaud
Florian Reynaud (87 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte