C'est dans l'actuFrance

Non, le PS n'a pas perdu la circonscription de Cahuzac à cause du soleil

Cécile Schilis-Gallego, mis à jour le 17.06.2013 à 18 h 00

Le candidat socialiste accuse le beau temps d'avoir favorisé l'abstention, mais la seule étude disponible sur le sujet en France affirme à l'inverse qu'il accroît plutôt la participation. Celle-ci a d'ailleurs moins baissé dans le Lot-et-Garonne que dans les autres circonscriptions qui ont connu des partielles depuis six mois.

Le candidat socialiste Bernard Barral, dimanche 16 juin (capture d'écran de BFM TV).

Le candidat socialiste Bernard Barral, dimanche 16 juin (capture d'écran de BFM TV).

Après chaque défaite vient l'heure du bilan et des remises en question. Pour le socialiste Bernard Barral, qui a été éliminé, dimanche 16 juin, dès le premier tour de la législative partielle dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, la faute revient en grande partie au soleil (le mercure frôlait les 30°), qui aurait détourné les électeurs des urnes. Il se justifiait ainsi sur BFM TV:

«Aujourd'hui, je suis surtout victime du beau temps: la plupart des électeurs ont oublié d'aller voter, pensant peut-être que c'était fait.»

Même explication du côté du conseiller général PS Daniel Borie:

«Il a fait très chaud aujourd’hui et beaucoup d’électeurs se sont détournés de leur devoir civique en se déplaçant à la plage. Cela a profité à ceux qui étaient les plus mobilisés, c'est-à-dire l'opposition.»

Le soleil, responsable de l'abstention? Ce n'est pas la première fois que le temps est blâmé pour telle ou telle mésaventure électorale. Lors de la présidentielle 2002, les commentateurs laissaient déjà entendre que le beau temps avait distrait les électeurs de leurs obligations électorales, favorisant l'accession au second tour de Jean-Marie Le Pen. Lors des régionales 2010, Le Parisien titrait «A Nice, le beau temps favorise l'abstention»:

«Dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), comme partout en France, les électeurs ont peiné à aller voter, avec plus de 55 % d'abstention. Il faut dire que sur le littoral, le beau temps semble avoir donné de bonnes raisons de bouder les urnes [...]. "Ça en a convaincu plus d'un pour aller faire autre chose", analyse Emmanuel Protte, responsable du bureau de vote Rossetti, à l'hôtel de ville.»

Mais qu'en est-il réellement dans les faits (et dans les chiffres)? Le Point rapportait en mai 2012 une étude de deux chercheurs, Eric Dubois et Christian Ben Lakhdar, qui arrivent à une conclusion opposée en analysant les chiffres des élections tenues entre 1988 et 2002. Selon eux, moins le temps est clément, moins les électeurs sortent pour aller voter:

«Si l'on compare un jour normal en terme climatique, trois degrés supplémentaires augmentent la participation électorale d'environ un point et quatre heures supplémentaires de soleil augmentent la participation d'un quart de point.»

Participation et ensoleillement (1986-2002). «Climat et participation électorale en France» (2006)
Au contraire:

«Plus il pleut, moins les gens votent. Six millimètres de précipitations supplémentaires conduisent à une baisse de la participation d'environ un point (par rapport à une journée normale, encore une fois).»

L'un des chercheurs, Eric Dubois, précise:

«Évidemment, ce n'est qu'un facteur parmi d'autres, mais il faut savoir que cela existe. Les électeurs les moins impliqués politiquement sont les premiers concernés.»

Il faut toutefois noter un effet de palier concernant les température. Lorsque le temps est exceptionnellement beau (et chaud) par rapport à une température de saison, on retrouve à nouveau un effet négatif sur la participation électorale, selon une courbe en U. 

Participation et températures. «Climat et participation électorale en France» (2006)

A noter enfin que, si l'abstention a touché plus d'un électeur sur deux dimanche dans le Lot-et-Garonne, elle n'est pas si exceptionnelle que ça: à 54%, elle est nettement inférieure à celle des quatre autres partielles qui ont eu lieu dans l'Hérault, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et l'Oise depuis décembre (58 à 70%) et n'a augmenté «que» de 18 points en un an, ce qui est moins important que dans la plupart de ces circonscriptions.

Cécile Schilis-Gallego

Cécile Schilis-Gallego
Cécile Schilis-Gallego (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte