C'est dans l'actuFrance

Le Dîner en blanc: 11.000 très chics ont investi le Louvre et le Trocadéro à Paris

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 14.06.2013 à 10 h 35

Dîner en blanc / White diner 2011 / luc legay via Flickr CC

Dîner en blanc / White diner 2011 / luc legay via Flickr CC

Mise à jour du vendredi 14 juin

Le Dîner en blanc s'est donc déroulé jeudi 13 juin au soir en deux lieux, place du Trocadéro et devant la Pyramide du Louvre.

Les dîneurs ont été relativement chanceux en début de soirée, après une journée parisienne dominée par la pluie et un ciel gris.

Via ParisSharing

Les participants allument traditionnellement des petites fontaines d'artifice à minuit, avant de se retirer des lieux investis au cours de la soirée.

Via ParisSharing

Ils étaient 200 au Bois de Boulogne il y a vingt-cinq ans, les voici 11.000. Les convives du Dîner en blanc se retrouveront ce jeudi 13 juin à Paris, dans un lieu tenu secret jusqu’à 20 heures –même les participants ne savent pas où ça se passera–, selon la coutume. Devant impérativement se rendre sur place en bus ou en métro, être vêtus de blanc et disposer d’un sac poubelle —blanc— pour faire place nette après le repas, les invités de cet événement annuel sont cooptés et se recrutent dans la bonne société de l’Ouest parisien.

Ces «piques-niques BCBG» ont depuis la première édition parisienne été également organisés à New York, à Singapour, à Sydney, Johannesburg ou Abidjan. «Jérusalem et Islamabad sont candidats», écrit l’AFP. A Paris, c'est dans des lieux prestigieux comme la place des Vosges, la cour carrée du Louvre ou le parvis de Notre-Dame que s'est déjà déroulé l'événement.

Vin et champagne sont autorisés par les organisateurs, les alcools forts et la bière sont interdits, ce qui donne une idée du niveau social des dînants. Et explique sans doute qu’en l’absence de tout débordement lors de chaque édition, la préfecture de police les laisse investir une place parisienne le temps d’une soirée, bien qu’aucune demande préalable ne soit formulée.

«Aujourd’hui, les autorités connaissent l’organisation et savent qu’elle est toujours bien contrôlée, lit-on sur la rubrique FAQ du site officiel de l’événement. De plus, la qualité photogénique de l’événément profite à l’image de la ville, perçue comme moderne et stylée, ouverte sur le monde.» L’AFP précise ainsi que «l’organisation quasi militaire et le comportement exemplaire des participants assurent une tolérance et une bienveillance des autorités».

Un documentaire consacré à l'histoire du Dîner a été réalisé par Jennifer Ash et est projeté cette année lors de festivals, ajoute le site Messy Nessy Chic.

Le site du Dîner en blanc précise enfin qu’«une fois confirmée, la présence de chaque convive devient essentielle et obligatoire». On ignore quel châtiment est réservé aux déserteurs de dernière minute.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte