C'est dans l'actuFrance

Comment déterminer les causes exactes de la mort de Clément Méric?

Jean-Yves Nau, mis à jour le 07.06.2013 à 11 h 10

A quoi servira l'autopsie pratiquée sur le jeune homme décédé jeudi dans une bagarre avec des skinheads?

Jeudi soir à Paris, manifestation en hommage au jeune militant antifasciste. REUTERS/Charles Platiau

Jeudi soir à Paris, manifestation en hommage au jeune militant antifasciste. REUTERS/Charles Platiau

Les résultats de l’autopsie médico-légale pratiquée vendredi 7 juin sur le corps de Clément Méric devraient permettre de déterminer les causes exactes de la mort de ce jeune homme de 19 ans, décédé à Paris au cours d’une bagarre avec des skinheads. «Au vu des éléments disponibles et des témoignages recueillis les investigations permettront d’établir quelle a été la séquence des évènements et la part respectives des lésions qui pourront être étudiées de diverses manières», explique le Pr Patrick Mangin, responsable du Centre Universitaire Romand de médecine légale.

Les témoignages recueillis, notamment par Le Monde, font état d’une violente altercation avec des skinheads le 5 juin en fin d’après-midi rue de Caumartin (une voie piétonne très commerçante située derrière les Grands Magasins du boulevard Haussmann). Au cours de la bagarre, Méric aurait reçu «un violent coup sur la tête» ou au visage. «Soudain, un coup de poing est parti et le jeune a valsé contre le poteau», du type de ceux placés pour interdire le stationnement des véhicules, a raconté  une femme témoin de la scène. Une des hypothèses est que l’agresseur du jeune homme aurait eu recours à un «coup de poing américain».

Le jeune homme, de faible corpulence, perd aussitôt connaissance. Des témoignages font état de lésions sanguines au niveau du crâne ou de l’oreille. Il est rapidement transféré dans le service de réanimation du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière. Le diagnostic de mort cérébrale est rapidement porté et le jeune homme déclaré mort dans l’après-midi du 6 juin.

Pour la reconstitution et la chronologie des évènements, les médecins légistes disposeront des résultats des investigations de la police judiciaire parisienne, des éléments de la vidéosurveillance, très présente dans la rue, et de nombreux témoignages.

«La situation est ici a priori un peu compliquée par la séquence “coup porté suivi d’une chute avec impact crânien”, observe le Pr Mangin. Mais il n’y aura guère de difficultés pour établir les causes de la mort. L’examen détaillé des lésions cutanées puis osseuses permettra de faire la part entre ce qui est du ressort d’un coup porté et d’un choc subi en tombant. L’usage d’un “poing américain” laisse notamment des empreintes très caractéristiques. Les investigations seront complétées par d’indispensables examens anatomopathologiques du tissu cérébral en regard des lésions externes.»

«Il faudra également tenir compte de l’existence, évoquée par plusieurs médias, d’une forme de leucémie dont le jeune homme aurait souffert, ajoute le Pr Mangin. S’il était guéri et s’il ne souffrait d’aucun trouble de la coagulation sanguine, cet élément ne sera pas pris en compte. En définitive, au-delà des examens visuels et des résultats biologiques, ce sont surtout les images (en trois dimensions et différents plans) obtenues grâce au CT Scan qui nous permettent aujourd’hui dans ce type de situation de faire une lecture fine et détaillées des lésions –et de fournir à la justice des éléments précis quant aux causes exactes de la mort.» Et permettront à la justice de qualifier le motif de la future mise en examen de l’agresseur.

Jean-Yves Nau

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte