EconomieFrance

Hollande pas courageux? Observez les retraites

Eric Le Boucher, mis à jour le 05.06.2013 à 14 h 24

Comme il a promis de faire des réformes «justes», il n’a plus le choix que de le prouver.

François Hollande, à l'Elysée en conférence de presse, le 16 mai 2013. REUTERS/Benoit Tessier

François Hollande, à l'Elysée en conférence de presse, le 16 mai 2013. REUTERS/Benoit Tessier

Remettre en chantier une réforme des retraites est sûrement l’un des travaux les plus pénibles pour François Hollande. D’abord parce qu’il doit vite le traiter. Les marchés financiers, Bruxelles, Berlin, le surveillent de près: les retraites sont la première de ces fameuses «réformes structurelles».  Equilibrer les comptes, c'est agir à moyen terme sans détériorer le court terme, sans avoir d’effet récessif qui plombe la croissance. C’est donc LA réforme à engager vite.

Ensuite, il faut avancer à peine la réforme de allocations familiales est-elle engagée. Et demander, dans tous les cas, encore de gros sacrifices.

Mais le vrai hic, c'est de faire un véritable demi-tour l’air de rien. La réforme Sarkozy sur les retraites n’a pas suffi à rétablir l’équilibre, il faut recommencer. Or, le candidat François Hollande avait dû suivre (un peu) la gauche qui avait vivement condamné cette réforme. Il a dû évoquer un retour à 60 ans pour ceux qui ont cotisé la totalité de leurs annuités (proposition 18 de son programme, qu’il a mis en place). Mais à gauche, on a entendu un retour en arrière plus général. Le voilà aujourd’hui forcé de faire le contraire: il va durcir la réforme Sarkozy. Forcément, cela va être dur à vendre auprès des syndicats et des électeurs de gauche.

Prouver qu'il veut agir avec justice

Mais il y a plus encore. Le rapport de Yannick Moreau, haute fonctionnaire de gauche (elle a été collaboratrice de François Mitterrand), évoque une modification du calcul des pensions pour les fonctionnaires. Actuellement, leur pension est calculée sur leur dernier salaire tandis que pour les salariés du privé c’est la moyenne des salaires des 25 dernières années qui est prise en compte. Forcément, la pension est plus faible. Le rapport Moreau avance l’idée de prendre les 10 dernières années pour les fonctionnaires. En contrepartie, les primes seraient intégrées dans le calcul, ce qui n’était pas le cas avant. Mais au total, la CGT n’est pas dupe: elle parle d’un casus belli. Idem pour FO.


Marylise Lebranchu : « Sur les retraites, il n... par lesechos

Comme François Hollande et Maryse Lebranchu ont déclaré qu’il n’y aurait «pas de tabou» dans cette réforme, on devine que Yannick Moreau ne s’est pas avancée sans un pré-accord au sommet. C’est ma conviction: François Hollande sera courageux sur ce sujet. La sottise des jours de carence d’arrêt maladie avait divisé la France entre le monde des fonctionnaires et le monde du privé. Comme il a promis de faire des réformes «justes», il n’a plus le choix que de le prouver.

Est-il encore «juste» que les fonctionnaires ne soient pas soumis au régime général? Cette catégorie, dont l’emploi est garanti, doit-elle être épargnée des sacrifices? Ne doit-elle pas au contraire payer un peu plus que les autres? Le feu est mis. Le débat va s’ouvrir avec passion, toutes les réformes des retraites ont mis les Français dans la rue, parce que cela touche profondément l’avenir que chacun s’imagine. François Hollande va devoir s’en prendre aux avantages, en tout cas aux particularités, de son électorat.

E.L.B.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte