C'est dans l'actuFrance

Affaire Bettencourt: qui est Sophie Gromb, l'experte médicale proche du juge Gentil?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 30.05.2013 à 12 h 49

Sophie Gromb lors d'une émission de TV7 Bordeaux.

Sophie Gromb lors d'une émission de TV7 Bordeaux.

Le Parisien affirme qu'une des médecins qui a participé à l'expertise médicale concluant à l'état de faiblesse de Liliane Bettencourt est une proche du juge d'instruction Jean-Michel Gentil, en charge du volet politico-financier de l'affaire.

D'après le quotidien, Sophie Gromb, chef du service de médecine légale du CHU de Bordeaux, aurait entre autres été témoin du mariage du juge, fin juin 2007. Elle s'est contentée de répondre au Parisien que le magistrat était un «type bien», sans répondre aux questions sur cet épisode. L'avocat du juge a lui répondu ne pas être au courant.

L'expertise médicale du 7 juin 2011 avait conclu que Liliane Bettencourt n'avait plus toutes ses facultés depuis septembre 2006 et est en partie à l'origine des mises en examen dans l'affaire, dont celle de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse de la milliardaire.

Le Parisien révèle ces liens d'amitié à quelque jours d'une audience devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, qui doit examiner les possibles erreurs de procédure commises par les juges d'instruction, dont Jean-Michel Gentil, rappelle l'AFP. Les avocats des mis en examen espèrent que cette révélation, si elle est avérée, pourrait amener à l'annulation de l'expertise.

Dans l'affaire Bettencourt, Sophie Gromb s'est rendue chez Liliane Bettencourt avec le professeur Jean-Marie Faugère, le docteur Bruno Daunizeau, le professeur Jean-François Dartigues et le docteur Sophie Auriacombe. Mais Le Parisien assure que le professeur Gromb serait restée seule 35 minutes avec le juge Gentil et la milliardaire avant que les quatre autres experts ne les rejoignent.

Sophie Gromb appartient au monde judiciaire et médical depuis longtemps: d'abord professeur de droit, elle devient en 1997 attachée des hôpitaux en médecine légale, racontait en 2003 Les Echos:

«[Elle] crée un service de médecine légale au CHU de Bordeaux, devenu le plus performant de France, puis, en 1999, un centre d'accueil en urgence des victimes d'agressions, unique dans l'Hexagone. A la tête d'une équipe de 27 membres au service de médecine légale et de 6 personnes au centre d'accueil, Sophie Gromb a établi des liens étroits avec le milieu judiciaire. A l'Ecole nationale de la magistrature de Bordeaux, elle est responsable de la formation en médecine légale des magistrats français et étrangers.»

Ces «liens étroits avec le milieu judiciaire», c'est un «fin maillage relationnel composé des procureurs de la République, des commissariats et des gendarmeries», détaillait le quotidien économique.

Sophie Gromb racontait en 2010 avoir créé son centre parce qu'«avant, les victimes étaient ballottées d'un service à l'autre pour faire reconnaître une agression par les autorités. C'était un véritable parcours du combattant». Son centre d'accueil en urgence de victimes d'agression (Cauva) réunit en un seul lieu toutes les personnes compétentes au sous-sol des urgences du CHU.

Dans la série des citations qui prennent une autre saveur dans une affaire judiciaire, on retiendra sa définition du Bordelais, donnée en 2010 au journal Sud Ouest:

«Bordeaux, ville de réseau ?

—Oui.

Le Bordelais en trois mots clefs

—Fidèle en amitié.»

Sa carrière en médecine légale est variée: Sophie Gromb était chargée en 2008 de désigner les experts dans l'affaire des patients victimes d'une surirradiation au CHU de Rangueil. En 2005, elle a participé à une nouvelle autopsie de Hadja Benyoucef, une femme retrouvée morte dans son appartement à Toulouse en 1987 et dont on avait conclu au suicide, avant que son dossier ne soit rouvert en 2002 dans le cadre d'une enquête sur le tueur en série Patrice Alègre. Elle a également écrit un article détaillé sur la transfusion sanguine et les témoins de Jhéovah.

Elle faisait partie des «100 qui font bouger Bordeaux» dans le classement de 2000 de L'Express.

Pour la petite histoire, Jean-Michel Gentil et Sophie Gromb ont tous deux participé à l'édition 2006 de la course des «10.000 maîtres», une course à pied bordelaise de 10 km réservée aux membres des professions judiciaires et para-judiciaires. D'après le site de la course à pied en Gironde, Jean-Michel Gentil a terminé 201e avec un temps de 56 minutes et 30 secondes. Sophie Gromb a terminé 240e avec un temps de 1 heure, 1 minute et 4 secondes.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte