Les seins d'Angelina Jolie provoquent la descente aux enfers de Christine Boutin

Christine Boutin, le 23 avril 2013 à Paris. REUTERS/Jacky Naegelen

Christine Boutin, le 23 avril 2013 à Paris. REUTERS/Jacky Naegelen

Ma journée a été gâchée par un tweet. Ce qui est déjà grave. Mais en plus un tweet de Christine Boutin. Ce qui est pire. L’objet du scandale donc: Le Plus qui tweete un papier sur l’ablation des seins choisie par Angelina Jolie pour diminuer ses risques génétiques de cancer et la réaction de Christine Boutin.

Cette remarque est clairement abominable et a provoqué chez moi une pulsion de violence assez dingue. J’ai eu envie de l’insulter –mais d’autres s’en sont chargés à ma place. Et puis, j’ai eu envie de comprendre. Parce que le plus troublant dans sa réaction, c’est qu’elle semble sortie de nulle part –ou en tout cas pas d’un cerveau normalement irrigué.

La première explication qui vient à l’esprit c’est qu’elle a fondu un plomb et qu’elle va finir dans l’état de cet homme qui s’est arraché les yeux (mon deuxième sujet d’interrogation du jour). 

Soyons méthodiques. De deux choses l’une:

  • Christine Boutin n’a pas lu l’article du Plus, elle ne savait pas qu’il s’agissait d’une mastectomie pour raison médicale. C’est déjà un signe de grosse connerie de réagir à un sujet dont on ne sait rien. Mais en plus, ça veut dire quoi? Qu’elle a vraiment cru qu’Angelina Jolie se faisait enlever les seins comme ça? Pour le plaisir?
  • Christine Boutin savait de quoi il s’agissait. Ça me paraît impensable. Comment on peut faire cette blague sur un sujet pareil? D’autant qu’elle a tendance à se positionner comme une femme tellement sensible aux malheurs des autres, humaine et charitable.

Personnellement, je penche donc pour l’hypothèse numéro 1. Elle a tweeté sans savoir. Et/ou elle était bourrée. De toute façon, une chose est certaine: elle n’a pas réfléchi –ce qui n’est pas inédit de sa part.

Mais dans les deux cas, sa réaction nous dit tout de même quelque chose. Outre le fait qu’elle est d’un niveau intellectuel proche du néant absolu, ce tweet révèle une même obsession, une mécanique idéologique profonde: Christine Boutin a une vision cauchemardesque du féminisme actuel.

Selon elle, le féminisme nie les différences fondamentales entre les hommes et les femmes et c’est –dans sa logique– comme ça qu’on en arrive au mariage pour tous, puisqu’on nie aussi les différences fondamentales entre les pères et les mères et que la société, l’humanité part à vau-l’eau. Au nom de l'«égalitarisme» on rejette les valeurs spécifiquement féminines, valeurs qui sont inscrites dans le corps des femmes (Christine Boutin a toujours tenu des propos essentialistes). Donc on nie le corps des femmes. De là, elle peut se dire qu’au point où en sont les féministes rageuses, pourquoi pas s’amputer de leurs attributs de femmes pour devenir complètement des hommes.

Derrière ce tweet à vomir, ce qu’il faut lire, c’est la peur d’une femme perdue. D’une femme qui ne comprend plus rien à la société dans laquelle elle vit. D’une femme qui se croit harcelée par ses propres hallucinations, par les fantômes d’autres femmes qui se font ôter les seins pour devenir des hommes et forniquer dans tous les sens et donner ensuite leurs enfants à des couples homosexuels qui habilleront leurs petits garçons en rose avant de les manger.

Le chapitre Christine Boutin devrait être clos après cela. On ne devrait plus l’inviter, ni lui donner la parole et respecter sa descente aux enfers hallucinatoire. Des opposants au mariage pour tous, des tenants des valeurs familiales chrétiennes, il y en a sûrement d’autres moins fous à qui tendre un micro.

Malheureusement, il y a peu de chance pour que les médias laissent Christine Boutin en paix avec sa camisole.

T.L.