France

Un an de Hollande: pourquoi est-il si impopulaire, s'interroge la presse internationale?

Temps de lecture : 2 min

FH à Tours_01 besoindegauche via Flickr CC License by
FH à Tours_01 besoindegauche via Flickr CC License by

Un an après avoir mis François Hollande en une, les quotidiens européens font le bilan du début de la présidence. Si tous constatent l'impopularité du président français, il y a désaccord sur les fondements de cette chute vertigineuse dans les sondages.

Un président «qui a beaucoup de raisons d'être modeste» selon le Telegraph

Pour le quotidien conservateur britannique The Telegraph, le bilan d'un an de présidence socialiste est désastreux:

«En un an, François Hollande s'est aliéné la majorité de l'électorat, a contrarié Angela Merkel, a poussé des Français à l'exil et a supervisé une économie dont l'état s'aggrave.»

Loin d'être le résultat de circonstances défavorables, ce bilan est le produit des choix et de la personnalité de François Hollande selon le journaliste. La dégradation des rapports avec l'Allemagne est, pour le Telegraph, emblématique de l'échec de la présidence socialiste:

«La prise de bec apparente avec l'Allemagne est un bon exemple de comment Hollande réussit à rendre une situation déjà négative encore pire.»

Le journal britannique apporte des chiffres à l'appui: 75% d'opinions défavorables, une augmentation de 11,5% du chômage, 150.000 jeunes quittant le pays pour trouver du travail ailleurs et des dépenses publiques qui caracolent toujours à 47% du PIB.

Quant aux remèdes socialistes? Le journal les moque. Demander aux ministres de dévoiler leur patrimoine ne peut marcher dans un pays «où un indécrottable marxisme s'impose toujours et se superpose à des siècles de catholicisme méfiant de l'argent».

Un bilan moins négatif qu'on ne le dit, mais mal vendu

La presse britannique de centre gauche est plus clémente. Pour le Guardian, le président socialiste, loin d'être inactif, a vu ses propres initiatives se retourner contre lui:

«La taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d'euros fait partie de ces mesures initialement populaires qui sont devenues moins populaires après le rejet par le Conseil constitutionnel, un retournement étrange puisque la fiscalité était un sujet propre à Hollande lorsqu'il était dans l'opposition

Les prises de décision de Hollande n'ont pas été pas extravagantes selon le journal mais le président n'a pas réussi à se vendre et à mettre en avant son bilan.

«Le verdict est-il trop sévère? Pas si on estime que la tâche principale d'un président est de construire un récit national auquel les Français peuvent adhérer. Ni M. Hollande ni son premier ministre Jean-Marc Ayrault n'ont réussi à donner l'impression qu'ils tenaient le gouvernail.»

Ce constat est partagé par le magazine de centre-gauche New Stateman. François Hollande ennuie un électorat français qui s'est habitué aux frasques de Sarkozy:

«Cette image patiente et démodée, qui fut un temps un argument de vente, ennuie désormais une nation qui s'est habituée au faste et à l'hyperactivité des années Sarkozy.»

Cela n'empêche pas le magazine de suggérer que Miliband pourrait s'inspirer du président français, ou du moins de sa politique sur le long terme pour réduire le déficit.

Un président pris dans le bourbier européen

Selon El Pais, l'Europe est au coeur du problème hollandien. Le président français miserait sur l'Europe pour redorer son bilan mais le temps presse.

«Paris croyait qu'Angela Merkel réagirait pour approuver avec la France une Europe plus unie, plus efficace et peut-être, comme le demandent les socialistes, "plus proches des peuples que des marchés". Mais cela ne se fera, si ça se fait, qu'après les élections de septembre, pas avant.»

Pour le quotidien espagnol, le salut de Hollande est conditionné à l'aide au pays européens les plus en difficulté. Le jugement d'El Pais est sans appel:

«Sans une Europe prospère et plus solidaire, il n'y a ni croissance, ni réduction du chômage, si sauvetage politique.»

C.S-G

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio