C'est dans l'actuFrance

Compte suisse: Jérôme Cahuzac démissionne du gouvernement

Slate.fr, mis à jour le 19.03.2013 à 20 h 07

Le 19 mars 2013 à l'Assemblée nationale. REUTERS/Charles Platiau.

Le 19 mars 2013 à l'Assemblée nationale. REUTERS/Charles Platiau.

L'Elysée a annoncé, mardi 19 mars au soir, avoir mis fin «à sa demande» aux fonctions de Jérôme Cahuzac, quelques heures après l'annonce par le parquet de Paris de l'ouverture prochaine d'une information judiciaire contre X dans l'affaire du compte bancaire suisse présumé du désormais ex-ministre délégué au Budget, notamment pour blanchiment de fraude fiscale.

Jérôme Cahuzac sera remplacé à Bercy par Bernard Cazeneuve, l'actuel ministre délégué aux Affaires européennes. Lui-même est suppléé à son poste par le ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, Thierry Repentin, dont les attributions sont confiées à son ministre de tutelle, Michel Sapin (Travail).

Le ministre démissionnaire a justifié sa décision par son souci du «bon fonctionnement tant du gouvernement que de la justice» et a réaffirmé son «innocence» et le «caractère calomniateur» des accusations portées contre lui. Ce mini-remaniement gouvernemental survient la veille de l'examen à l'Assemblée nationale d'une motion de censure déposée par l'opposition.

La dernière démission remontait à Georges Tron

Il s'agit de la première démission ministérielle du quinquennat. La dernière démission en raison d'une affaire judiciaire datait du 29 mai 2011, quand Georges Tron avait quitté son poste de secrétaire d'Etat à la Fonction publique, quatre jours après l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet d'Evry. Avant lui, le départ d'Eric Woerth du gouvernement avait été «noyé» dans le remaniement de novembre 2010, survenu quinze jours après l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Bettencourt.

L'affaire Cahuzac avait éclaté le 4 décembre dernier avec la publication par Mediapart d'un article affirmant que le ministre délégué du Budget avait détenu un compte chez la banque suisse UBS à Genève jusqu'en 2010, année où il avait pris la tête de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, puis en aurait déplacé les avoirs à l'UBS de Singapour. Le site s'appuie notamment sur un enregistrement réalisé fin 2000, peu avant les municipales, à Villeneuve-sur-Lot, où une voix qu'il présente comme celle de Jérôme Cahuzac lance:

«Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, UBS, c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques.»

Cet enregistrement avait longtemps été aux mains de Michel Gonelle, le rival local de Jérôme Cahuzac. Le ministre délégué au Budget avait formellement démenti les informations du site, «en bloc et en détail».

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire dans le dossier le 8 janvier. Mardi après-midi, il avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, affirmant que les expertises vocales effectuées sur l'enregistrement allaient dans le sens d'une identification de Jérôme Cahuzac. Par ailleurs, un témoin a affirmé aux enquêteurs qu'il lui a été rapporté «que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte