C'est dans l'actuFrance

Affaire Cahuzac: le parquet ouvre une information judiciaire

Grégoire Fleurot, mis à jour le 19.03.2013 à 19 h 08

Jérôme Cahuzac en janvier 2013. REUTERS/Charles Platiau

Jérôme Cahuzac en janvier 2013. REUTERS/Charles Platiau

Le parquet de Paris a annoncé ce mardi 19 mars qu’il allait ouvrir une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, dans l’affaire Cahuzac.

Dans son communiqué, le parquet précise qu’après l’enquête préliminaire qu’il avait ouverte le 8 janvier dernier, la police scientifique estime que «le résultat de l'analyse renforce l'hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu.»

Les accusations de Mediapart, qui affirme depuis début décembre 2012 que Jérôme Cahuzac a détenu dans les années 2000 un compte en Suisse, sont en effet basées sur un enregistrement conservé pendant des années par Michel Gonelle, ancien adversaire politique du ministre du Budget, et publié par le site sur lequel on entend notamment:

«Ça me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques.»

La défense du ministre, qui a toujours nié avoir eu ce compte, s’est notamment organisée autour du peu de fiabilité supposé de ce document sonore et des expertises vocales. Il avait déclaré en janvier:

«Ca ne peut pas être moi puisque je n’ai jamais eu de compte à l’étranger»

Mais après enquête, le parquet estime que l’enregistrement «n’a subi aucune altération ou modification», et souligne que trois témoins «ont dit reconnaître la voix», tandis qu’un autre a reconnu des «intonations de voix» et que l’analyse par la police technique scientifique «renforcent l’hypothèse» que Jérôme Cahuzac est le locuteur, concluant:

«Les investigations menées dans le cadre de l'enquête préliminaire doivent désormais se poursuivre dans un cadre procédural plus approprié au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l'entraide répressive internationale, en Suisse, mais aussi à Singapour.»

Le 15 mars, soit quatre jours avant l’annonce du parquet, Mediapart affirmait déjà que l’enquête avait «établi l’authenticité de l’enregistrement» et qu’il s’agissait bien de la voix de Jérôme Cahuzac «d’après les experts sollicités et les témoins entendus». Le 17 mars, l’AFP rapportait qu’un témoin avait «parfaitement reconnu» devant la police l'enregistrement d'un homme qui est selon lui Jérôme Cahuzac.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte