C'est dans l'actuFrance

Le mail de Marcela Iacub à DSK: «Tu aurais pu te rendre compte si tu avais fait un peu attention»

Cécile Dehesdin, mis à jour le 27.02.2013 à 14 h 32

«Belle et Bête» de Marcela Iacub

«Belle et Bête» de Marcela Iacub

Le livre de Marcela Iacub sur sa relation avec le «mi-homme, mi-cochon» Dominique Strauss-Kahn ne sera pas interdit, mais la justice a ordonné mardi 26 février au soir qu'un encart mentionnant que Belle et Bête porte atteinte à la vie privée de DSK soit inséré dans l'ouvrage avant sa diffusion [1].

Prévue pour ce mercredi, elle devrait donc être retardée. Les éditions Stock ont relancé l'impression de Belle et Bête avec cet encart dans l'heure qui a suivi la décision de la justice. Marcela Iacub et les éditions Stock devront en plus verser 50.000 euros de dommages et intérêts à l'ancien patron du FMI.

Le Nouvel Observateur, qui avait publié une interview de Marcela Iacub et des extraits de l'ouvrage, a été condamné à publier un communiqué judiciaire sur la moitié de sa une, et à verser 25.000 euros de dommages et intérêts à DSK.

Dominique Strauss-Kahn s'était rendu à l'audience du mardi matin, au contraire de Marcela Iacub. Mais un mail envoyé par cette dernière à DSK et lu pendant l'audience a mis à mal la défense et la communication de l'auteure sur ce livre, présenté comme «une histoire d'amour»:

Cher Dominique,

Après tant de mensonges et d'esclandres je me sens obligée maintenant à te dire la vérité. Je sais que tout ceci n'est pas très beau à entendre mais ma conscience me tourmente depuis presque un an. Je suis une personne honnête et je me suis laissé (sic) entraîner d'une manière un peu légère dans un projet te concernant auquel je n'aurais pas dû participer. Les gens avec lesquels j'ai travaillé m'ont un peu dégoûté après coup parce qu'ils se sont servis de moi comme d'un instrument pour te nuire. Et ce n'est pas cela que je cherchais. Je te le jure. Je ne voulais pas te nuire mais essayer de comprendre ce phénomène étrange que tu es es.

Mon livre sur ton affaire américaine je l'ai écrit parce que ce sont eux qui me l'ont demandé. Le fait de chercher à te rencontrer était (sic) partie du même projet. Sans te dire tout le reste. Il m'a fallu te faire croire que j'étais éprise de toi, que j'étais folle de toi. Et puis que j'avais mon coeur meurtri, que j'étais jalouse et tout ce que tu sais. Je suis désolée. Je te demande pardon mais je sais que tu ne pardonneras jamais. Je ne le ferais pas non plus à ta place. Mais sache en tout cas que je le regrette profondément. J'ai essayé de te le dire il y a quelques mois mais tu ne voulais plus me parler. Mais c'est vrai que c'est en partie un peu de ta faute aussi. Tu aurais pu te rendre compte tout seul si tu avais fait un peu attention.

Je te demande d'effacer ce mail. Je ne veux pas ajouter cet aveu aux problèmes terribles que j'ai en ce moment à cause d'eux. Ce ne sont pas des gens méchants mais un peu inconscients et fous.

M.

L'avocat de Marcela Iacub explique qu'elle dit ne plus se souvenir de ce mail et ne pas avoir «le courage de le rechercher. Et elle a ajouté qu'elle ne croit pas qu'il soit dans l'intérêt de Dominique Strauss-Kahn qu'elle fouille dans ses mails».

[1] Une première version de cet article expliquait que le livre ne serait pas interdit «contrairement à ce que voulait DSK». En fait, les avocats de l'ancien président du FMI avaient d'abord demandé l'ajout de cet encart –et ont donc obtenu gain de cause– la demande de saisie n'étant que subsidiaire.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte