C'est dans l'actu

« article précédent

article suivant »

Dégradation d'un Delacroix au Louvre-Lens: à quoi peut renvoyer «AE911»?

Détail du tableau de Delacroix «La liberté guidant le peuple».

Selon une source judiciaire citée par l’AFP, vendredi 8 février, la femme qui a vandalisé jeudi soir le célèbre tableau de Delacroix La Liberté guidant le peuple au Louvre-Lens (Pas-de-Calais) a inscrit dessus au feutre indélébile l’expression «AE911».

L’agence de presse précise que la source «n'a pas voulu commenter la signification de l'inscription, en particulier un lien hypothétique avec le 11-Septembre». La femme interpellée était toujours en garde à vue vendredi matin et le procureur de Béthune Philippe Peyroux a affirmé à l’AFP qu’il s’agissait «plutôt [d’]une personne déséquilibrée».

Le sigle AE911 désigne normalement l’association Architects & Engineers for 9/11 Truth qui, comme son nom l’indique, regroupe des architectes et des ingénieurs qui contestent la version des attentats présentée par les autorités américaines, en affirmant que le World Trade Center a été victime d’une explosion contrôlée.

En 2011, pour les dix ans du 11-Septembre, Slate avait consacré une série d’articles aux théories du complot où nous mentionnions notamment le rôle joué par AE911:

«Le fournisseur le plus efficace de ces hypothèses est Richard Gage, fondateur d’Architects and Engineers for 9/11 Truth. En mars 2006, Gage entend Griffin [David Ray Griffin, auteur d’un livre intitulé Debunking 9/11 Debunking] affirmer à la radio que certains propos de pompiers fournissaient la preuve d’explosions contrôlées au World Trade Center. Gage en fut abasourdi. "Je n’ai même pas pu continuer jusqu’au bureau. J’ai dû me garer", raconte-t-il.

[…]

Deux mois plus tard, il lance Architects and Engineers for 9/11 Truth, et devient rapidement après militant à plein-temps, propageant le message selon lequel l’enquête menée par le National Institute of Standards and Technology sur le World Trade Center était une tromperie, et qu’une enquête "indépendante" était nécessaire.

[…]

Comme Griffin, Gage affirme que l’enquête menée par le NIST sur trois ans, et pour un coût de 16 millions de dollars, par près de 100 enquêteurs et membres du personnel du NIST et par des experts et consultants indépendants s’inscrit dans le cadre d’une entreprise criminelle de dissimulation.»

À lire aussi sur Slate.fr
11-Septembre: la théorie vs les faits
4 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte