PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Vu d'Allemagne, Hollande est condamné au succès

Annabelle Georgen, mis à jour le 19.06.2012 à 15 h 34

Angela Merkel et François Hollande. REUTERS

Angela Merkel et François Hollande. REUTERS

Au lendemain de la victoire écrasante du PS aux législatives, la presse allemande tire déjà les leçons de cette nouvelle donne, considérant que François Hollande est désormais face à ses promesses.

Il ne les tiendra pas, pronostique l'hebdomadaire Zeit, qui estime que sa marge de manœuvre financière, après l'annonce de la hausse du Smic, de la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire et du retour de la retraite à 60 ans, sera bientôt épuisée:

«Les prochaines semaines, les socialistes devraient annoncer des choses qui devraient énerver leur clientèle […] Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a déjà admis jeudi qu'il devait réviser les prévisions concernant la croissance économique. Pendant sa campagne, le président Hollande avait rêvé d'un taux de croissance de 0,5% pour cette année et de 1,7% pour 2013. D'après les estimations des experts de la conjoncture, il devrait en fait se trouver entre 0,3% et 0,9%.»

Le quotidien de gauche Tageszeitung (la Taz) ne partage pas ce pessimisme, bien qu'il estime qu'après un tel scrutin, Hollande est désormais «condamné au succès»:

«Hollande a désormais les mains libres. L'ère Sarkozy est définitivement terminée. A l'“hyperprésident” de droite succède l'“hypermajorité” absolue d'un socialiste qui veut dissimuler son pouvoir en se présentant comme un chef d'Etat “normal” […] Cette suprématie rose-rouge engage le président et le parti au pouvoir à bien des points de vue. Hollande n'a plus d'excuses: pendant les cinq prochaines années, il ne pourra pas prétendre devoir prendre en considération l'opposition ou se dissimuler derrière des majorités fluctuantes, il n'a aucune raison de faire des compromis fainéants. Seules de graves nécessités peuvent légitimement l'empêcher de réaliser point par point ses promesses de campagne.»

Le Zeit espère également «un retour au réalisme» de la part du président français au sujet de la crise de l'euro, arguant que «l'Europe ne peut pas se permettre que les deux partenaires les plus importants aient un dialogue de sourds».

Un compromis entre Hollande et Merkel devrait bientôt être trouvé, même si cette nouvelle victoire du PS énerve la chancelière allemande, estime le Süddeutsche Zeitung, qui voit «un signal de paix» dans la déclaration qu'a faite Jean-Marc Ayrault en allemand la semaine dernière sur Europe 1: «Nous avons une responsabilité commune, celle de donner un avenir à l'Europe», avait-il déclaré.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte