France / Politique

15 candidats dissidents du PS se sont qualifiés pour le second tour

Temps de lecture : 2 min

Martine Aubry lors d'une conférence de presse après les résultats du premier tour. REUTERS/Julien Muguet.
Martine Aubry lors d'une conférence de presse après les résultats du premier tour. REUTERS/Julien Muguet.

Sur 577 circonscriptions, on en comptait 47 où un membre ou ex-membre du PS était en dissidence face au candidat officiellement investi par la gauche, qu'il soit lui-même PS ou EELV. Quinze de ces indisciplinés sont parvenus à se qualifier pour le second tour, à l'image de René Dosière dans la 1re de l'Aisne, «figure de l'Assemblée» célèbre pour son travail minutieux d'observation du train de vie de l'Etat.

La situation est quelque peu confuse puisque son rival socialiste, Fawaz Karimet, s'est quand même qualifié en triangulaire avec l'UMP et a déposé sa candidature, mais que Solférino a appelé à voter Dosière lundi soir.

En Charente-Maritime, le dissident qui tente d'empêcher Ségolène Royal de retrouver un siège à l'Assemblée, Olivier Falorni, a également maintenu sa candidature après s'être qualifié pour le second tour derrière l'ancienne candidate à l'élection présidentielle (29% contre 32%).

13 candidats officiels sont éliminés alors que le dissident se maintient. Et dans trois cas, tout ce petit monde assistera à des seconds tours entre candidats de droite. C'est notamment le cas dans la 5e de l'Eure, où la mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, est éliminée, de même que la candidate divers gauche Hélène Segura et l'écologiste Jérôme Bourlet de la Vallée. Même casting UMP/FN dans la 2e du Vaucluse et la 11e du Rhône.

Sans surprise, EELV est victime à de nombreuses reprises de ces dissidences. A Lyon, Thierry Braillard, le candidat PRG appuyé par Gérard Collomb, bien que non investi, passe ainsi au second tour devant Philippe Meirieu (EELV). Dans la 2e circonscription de Saône-et-Loire, la dissidente Edith Gueugneau, officiellement soutenue par Arnaud Montebourg, a éliminé l'écologiste Nicolas Guillemet.

A noter que dans la 3e des Bouches-du-Rhône, Sylvie Andrieux, qui a perdu l'investiture du PS après des poursuites judiciaires dans une affaire de détournement public, s'est également qualifiée et affrontera le FN au second tour.

Enfin, les six candidats EELV qui ont refusé de se retirer en vertu de l'accord national entre leur parti et le PS sont tous éliminés, alors que les candidats investis sont tous qualifiés (Dominique Raimbourg, dans la 4e de Loire-Atlantique, est élu au premier tour).

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

J.-L. C.

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio