PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Mélenchon, Yade, Kucheida, Billard, Meirieu: les grands perdants des législatives

Delphine Dyèvre, mis à jour le 11.06.2012 à 15 h 36

Jean-Luc Mélenchon devant un bureau de vote d'Hénin-Beaumont, le 10 juin 2012. REUTERS/Jean-Yves Bonvarlet.

Jean-Luc Mélenchon devant un bureau de vote d'Hénin-Beaumont, le 10 juin 2012. REUTERS/Jean-Yves Bonvarlet.

Du premier tour des législatives, on retiendra de grands perdants médiatiques comme Jean-Luc Mélenchon ou Rama Yade. Mais ce serait oublier l'élimination, dès le premier tour, de plusieurs députés sortants, alors que ce statut est censé leur assurer une certaine assise locale. Revue de détail des grands perdants du scrutin.

Jean-Luc Mélenchon

Candidat dans l'une des circonscriptions les plus emblématiques, la onzième du Pas-de-Calais, le leader du Front de Gauche n’a pas réussi son pari. Avec 21,48%, il ne fait pas un score suffisant pour se maintenir au second tour. C’est dont Philippe Kemel (23,50%), le candidat PS, qui affrontera Marine Le Pen (42,36%) au second tour.

Rama Yade

La vice présidente du Parti radical est éliminée dès le premier tour dans la deuxième circonscription des Hauts-de-Seine. Elle ne fait que 13,8% des voix, soit 8,2% des inscrits, alors qu’il en faut 12,5% pour se maintenir. Reste à savoir si Rama Yade appellera à voter pour le candidat de droite Manuel Aeschlimann, étant donné les relations houleuses qu’ils entretiennent.

Pierre Lang

Le député sortant (UMP) de la sixième circonscription de Moselle et maire de Freyming-Merlebach, s’est fait éliminer dès le premier tour par Florian Philippot, le porte-parole national du FN parachuté dans la région, et le maire de Forbach Laurent Kalinowski.

Jean-Pierre Kucheida

Surprise dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais, le candidat dissident et député depuis 1981, Jean-Pierre Kucheida, a été éliminé. Avec 21,64%, il est arrivé en troisième position, trois points derrière le jeune Nicolas Bays, le candidat officiel du PS, et quatre derrière Charlotte Soula, la candidate FN, qui profite de la division socialiste pour arriver en tête.

Philippe Vuilque

Le député sortant Philippe Vuilque, qui se présentait en dissident sous l'étiquette «majorité présidentielle» dans la 2e circonscription des Ardennes, ne s’est pas qualifié pour le second tour avec seulement 13,56% des voix. Celui-ci verra s’opposer Christophe Léonard (30,41%), le candidat PS, désormais favori, à Boris Ravignon (29,80%), ancien conseiller de l’Élysée.

Christian Vanneste

L’exclusion de Christian Vanneste de l’UMP lui aura été fatale.  Le député sortant n’a recueilli que 13,18% des voix. Loin derrière son ancien collaborateur et candidat officiel de l’UMP Gérald Darmanin, (25,06%), qui doit lui-même rattraper son retard face à la socialiste Zina Dahmani (30,69%) pour espérer l’emporter.

Philippe Meirieu

Le candidat mandaté par le PS et EELV dans le cadre de l’accord national, Philippe Meirieu, a subi un échec cuisant dans la première circonscription du Rhône. Il est devancé de dix points par le candidat socialiste dissident Thierry Braillard (28%), soutenu par le maire de Lyon Gérard Collomb. Braillard affrontera au second tour le député UMP sortant Michel Havard (33%). 

Antoine Waechter

Le président du Mouvement écologiste indépendant et ancien candidat à la présidentielle Antoine Waetcher, avec 10,52% des voix, n’est pas arrivé à se maintenir au second tour dans la troisième circonscription du Haut-Rhin, très à droite. Il arrive en troisième position derrière la candidate FN, Stéphanie Faesch (13,39%), et le député sortant Jean-Luc Reitzer (54,80%), qui a été réélu dès le premier tour. 

Marie-Luce Penchard

Dans le duel des ministres de l’Outre-mer de la quatrième circonscription de Guadeloupe, Marie-Luce Penchard, la candidate UMP et ancienne ministre, a connu une sévère défaite face à son successeur socialiste, Victorin Lurel (23% contre 67%). Ce dernier est élu dès le premier tour grâce à une participation suffisante. 

Martine Billard

Victime du redécoupage, la co-présidente du Parti de gauche et députée sortante, candidate Front de gauche dans la cinquième circonscription de Paris, n’a pas réussi à se maintenir au second tour avec 13,01%. Seybah Dagoma, candidate PS et adjointe au maire de Paris, arrive en tête dans la circonscription avec 43,60%. Elle affrontera au second tour Benjamin Lancar (21,30%), président des Jeunes Populaires.

D.D.

Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte