Présidentielle 2012 live directFrancePresidentielle

Royal va devoir battre un dissident pour poursuivre son rêve de «perchoir»

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 10.06.2012 à 22 h 05

Ségolène Royal à Solférino, le 6 mai 2012. REUTERS.

Ségolène Royal à Solférino, le 6 mai 2012. REUTERS.

Duel fratricide en vue avec un perchoir pour ambition dans la 1re circonscription de Charente-Maritime, celle de La Rochelle. Avec 32,03% des voix au premier tour, Ségolène Royal est sortie en tête, mais elle devra affronter au second un de ses anciens camarades de parti, l’ex-premier secrétaire fédéral du département Olivier Falorni, crédité de 28,91%.

Falorni a en effet affirmé, selon l’envoyé spécial du Monde, qu’il se maintenait au second tour afin d’éviter un scrutin «à la soviétique». S’il décidait de se retirer, Ségolène Royal resterait en effet seule en lice: avec 19,47% des voix mais une participation qui n’atteint pas 61%, l’UMP Sally Chedjaa échoue à 11,7% des inscrits, ce qui lui interdit de se maintenir le 17 juin. Alors qu’elle a immédiatement appelé ses électeurs à voter blanc, ses voix et celles de la frontiste Marie-Françoise De Lacoste Lareymondie (6,80%) seront décisives.

Le dernier sondage publié dans cette circonscription, par Sud-Ouest le 5 juin, faisait état d’un duel serré de second tour en cas de qualification des seuls Royal et Falorni, donnés respectivement à 51% et 49%. Le dissident pourrait bénéficier de la bienveillance d’une partie de la droite, désireuse d’infliger un échec à la présidente de la région: le jour de l’annonce de la candidature d’Olivier Falorni, l’ancien ministre Dominique Bussereau avait salué sur Twitter «un élu et un responsable politique courageux».

Royal regrette la «division»

La semaine de campagne entre les deux tours s’annonce donc plutôt tendue, comme l’ont signalé dès dimanche soir plusieurs envoyés spéciaux présents sur place.

«S’il n’y avait pas eu cette division, les résultats de ce soir montrent que j’aurais pu l’emporter dès le premier tour», a regretté Ségolène Royal. L’ancienne candidate à la présidentielle, qui était soutenue par le député-maire sortant de La Rochelle Maxime Bono, a confirmé dans la soirée son intention de candidater à la présidence de l’Assemblée nationale.

Elle l’avait affirmée dès le mois d’octobre, deux semaines après son cuisant échec à la primaire socialiste, en se portant candidate dans cette circonscription, dans laquelle elle a été investie sans vote. Elle était auparavant élue, de 1988 à 2007, de la deuxième circonscription des Deux-Sèvres, qu’elle avait abandonnée à une de ses proches, Delphine Batho, après son échec à la présidentielle. Cette dernière a été élue dès le premier tour.

J-M.P.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte