France / Politique

Bernard Kouchner: «Je n'ai jamais voté à droite»

Temps de lecture : 2 min

Bernard Kouchner le 14 septembre 2010 à l'Assemblée. REUTERS/Charles Platiau.
Bernard Kouchner le 14 septembre 2010 à l'Assemblée. REUTERS/Charles Platiau.

On ne l'avait plus entendu depuis son départ du gouvernement, après le remaniement du 14 novembre 2010. Dans le studio de la matinale de RTL, Bernard Kouchner, tête baissée, a l'air grave et même pénétré. S'il n'a rien perdu de son potentiel d'indignation, le style est plus réservé.

La raison de son intervention? Les massacres en Syrie, qui doivent selon l'ancien ministre des Affaires étrangères cesser: «On ne peut pas laisser faire cela.»

«[...] Il faut intervenir. Intervenir militairement? En tout cas, il faut s'y préparer», indique-t-il. Le cofondateur de Médecins sans Frontières, défenseur historique du «droit d'ingérence», insiste ensuite sur le rôle de la Cour pénale internationale, que la France pourrait saisir avec d'autres Etats.

Retour sur la défaite de Nicolas Sarkozy

Interrogé par Jean-Michel Aphatie sur la défaite de Nicolas Sarkozy, dont il a été l'un des ministres d'«ouverture», Bernard Kouchner n'a pas tourné autour du pot:

«Je pense que c'était une défaite que certains annonçaient et qu'il a mis beaucoup de lui, de lui-même pour donner cette image qui lui a nui, [...] transformer toutes les réformes qu'il avait faites, de bonnes réformes, en échecs et ne pas savoir les présenter dans un contexte général, en faisant le tableau de ce que notre pays allait affronter. Je pense que ça a été très nuisible.»

Bernard Kouchner a admis ne pas avoir soutenu Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle: «Je n'ai jamais voté à droite», a-t-il lâché.

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters