PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Éducation nationale: Peillon fait dans l'open data en publiant 17 rapports secrets

Cécile Dehesdin, mis à jour le 27.05.2012 à 12 h 52

Capture d'écran de Vincent Peillon dans le 20'12 du 23 décembre 2011.

Capture d'écran de Vincent Peillon dans le 20'12 du 23 décembre 2011.

Vincent Peillon fait dans l'open data et la libération des données. Ce vendredi 25 mai, le ministre de l'Éducation nationale a fait mettre en ligne sur le site de son ministère 17 rapports gardés «secrets» par son prédecesseur, Luc Chatel.

Vincent Peillon l'avait promis, au nom d'une «République exemplaire» et «transparente»: il s'était engagé sur La Chaîne Parlementaire le 21 mai à ce que «tous les citoyens [aient accès] à la connaissance collective» des statistiques concernant le système éducatif, rappelle Le Monde.

Ces rapports 2011 des inspections générales traitent de sujets divers comme l'école maternelle, le remplacement des enseignants ou leur formation, les internats d'excellence... et sont plus ou moins techniques ou accessibles au grand public.

Pour quelle raison n'ont-ils pas été publiés, demande Le Figaro? «Une grosse erreur d'appréciation et de communication depuis un peu plus d'un an», répond-on au ministère de l'Éducation nationale. Ce qui a eu l'effet d'alimenter l'idée de rapports cachés taisant des informations sensibles, alors qu'au final, estime le quotidien, ce sont «des documents d'évaluation tout en nuance», d'où ne devraient pas émerger des «bombes» sur notre système d'éducation.

Face aux publications bloquées et aux «chiffres détournés au service de la communication politique», le Collectif des déchiffreurs de l'éducation s'était formé début avril 2012, réunissant professionnels de la statistique, syndicats de l'éducation et parents d'élèves. Ils demandaient notamment la publication des rapports sur l'Éducation nationale.

Le Monde s'est penché sur l'un de ces rapports, portant sur «la mise en œuvre du programme Clair» [PDF] (Collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite), annoncé en avril 2010 par Luc Chatel et expérimenté dans 105 collèges et lycées en 2010-2011. 

Le bilan n'est pas glorieux, avec un cadrage «minimal», une sélection d'établissement opérée «dans l'urgence» et un sentiment de «désarroi» chez les chefs d'établissement, note le journal. Au final, en juin 2011, «un nombre significatif d'établissements n'avaient pas encore mis en oeuvre les mesures emblématiques du programme», conclut le rapport.

Le Monde estime que ces conclusions n'ont pas été publiées –alors qu'elles ne portaient que sur la phase d'expérimentation– parce que, dès le lancement du programme, Luc Chatel avait déjà décidé de sa généralisation... Le nouveau ministère de l'Éducation ne commente pas les rapports pour le moment et ne s'est pas exprimé sur ce programme en particulier, alors qu'il comptera 2.525 établissements à la rentrée 2012.

D'autres publications devraient suivre puisqu'une quarantaine de rapports, remontant jusqu'à l'année 2008, devraient au total être mis en ligne.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte