CannesCannes 2012France

Petit conseil cannois pour François Hollande

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 19.05.2012 à 15 h 35

Melvil Poupaud dans «Laurence Anyways» de Xavier Dolan

Melvil Poupaud dans «Laurence Anyways» de Xavier Dolan

Histoire d'amour bouleversante et impossible, Laurence Anyways, de Xavier Dolan (Un Certain Regard) est aussi en filigrane une réflexion sur la normalité.

Qu'est-ce qu'une vie normale? Qu'est-ce qu'un amour normal? Qu'est-ce qu'une sexualité normale? Laurence (Melvil Poupaud), le héros, qui sait bien qu'il est une femme dans un corps d'homme, sans pour autant être homosexuel - il est amoureux d'une femme, ne fréquente que des femmes - ne rentre pas dans la norme. Son rouge à lèvres et ses faux cils ne collent pas avec le monde. Du lycée où il enseigne, il se fait renvoyer. Vivre caché? On apprendra bien plus tard que le directeur de l'établissement et l'un des responsables de Laurence sont homosexuels, ont une liaison, cachée. Vivre dans la norme, se mutiler pour rentrer dans la case. Norma - équerre en latin -  normalis renvoie à la perpendicularité.

Laurence est en interview. Il, devenu Elle, vient de publier un roman. A la journaliste qui l'interroge, Laurence dit espérer que la marge devienne la norme. Cela se passe à la fin des années 90. Laurence dit «C'est bientôt le 21e siècle après tout».

PS: Cher président, tu n'as pas trop le temps de venir à Cannes, il paraît que tu es occupé en ce moment. Même ta ministre de la culture n'a pas encore pu faire un saut. Mais le film sort le 18 juillet en France, il devrait te plaire.

C.P.

 

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte