France / Politique

Alain Minc: «La gauche ne peut gagner que par effraction»

Temps de lecture : 2 min

Alain Minc. REUTERS/Charles Platiau.
Alain Minc. REUTERS/Charles Platiau.

«Visiteur du soir» officiel de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le consultant Alain Minc revient dans Le Monde sur le rôle qu'il a joué tout au long du quinquennat: «J'étais le "surdiplômé" face à quelqu'un qui s'est construit lui-même», résume-t-il.

A le lire, le «roi» élu de la République a besoin de cet «escalier de service par lequel tous ceux qui ne sont pas dans le système peuvent accéder au chef de l'Etat». Alain Minc s'en explique sans détour:

«C'est la contrepartie de la monarchie française. Dans un système démocratique, vous n'avez pas besoin de visiteurs du soir, vous avez des pouvoirs, des contre-pouvoirs. Dans le système monarchique, le roi a besoin de liens hors du système.»

Estimant que «la politique d'immigration de François Hollande était meilleure que celle de Claude Guéant», Minc juge néanmoins qu'«une victoire de M. Sarkozy aurait été meilleure pour l'économie française, mais [qu']elle aurait suscité une immense aigreur à gauche». Gêné par la stratégie «buissonnière» adoptée par le président sortant, le visiteur du soir soutient que c'est le discours qu'attendait la société:

«Quand, au mois de janvier, M. Sarkozy fait la campagne que j'aime —sur le rattrapage de l'Allemagne, la compétitivité, la TVA sociale—, il ne gagne pas 1 point. Quand il fait la campagne "buissonnière", il en gagne 5 à 6. Cela me désole, mais cela en dit long sur la France. Le diagnostic de M. Buisson n'est pas complètement faux.»

Et la France n'est selon lui pas à gauche en dépit de la victoire du candidat du PS.

«Le faible écart avec M. Hollande montre que la France n'est pas de gauche. Celle-ci ne peut gagner que par effraction: Chirac a fait perdre Giscard en 1981; la dissolution a fait perdre la droite en 1997; aujourd'hui, la gauche a gagné du fait de la crise.»

Newsletters

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Newsletters