France / Politique

Quand Nicolas Sarkozy voulait «donner sa chance» à François Hollande

Temps de lecture : 2 min

Nicolas Sarkozy en mai 2012 REUTERS/Yves Herman
Nicolas Sarkozy en mai 2012 REUTERS/Yves Herman

Nicolas Sarkozy ne considérait pas François Hollande comme un adversaire crédible. C'est au détour d'un article du Monde intitulé «Ce que la gauche française doit à Nafissatou Diallo» que l'on apprend cette information jusque-là inédite. Le 13 mai 2011, deux jours avant l'arrestation de DSK à New York dans l'affaire du Sofitel, le président de l'époque déclare aux journalistes présents:

«Hollande a été dix ans premier secrétaire du PS et est à 3% dans les sondages. Je me dis que c'est normal de lui donner sa chance.»

Avant d'ajouter:

«Je me suis régalé quand je l'ai rencontré en Corrèze, car je l'ai vu se rétracter complètement.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Nicolas Sarkozy juge à l'époque que son futur adversaire «est un homme de qualité, de talent, sympathique, mais il n'a aucune idée» estimant qu'il ne doit sa place qu'à «une conjonction astrale fantastique, avec Martine Aubry qui n'est pas dans le “mood” et Dominique Strauss-Kahn qui est un produit hors-sol, comme un ovni qui arrive... »

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio