PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Le FN se moque du possible parachutage de Mélenchon à Hénin-Beaumont

Grégoire Fleurot, mis à jour le 11.05.2012 à 15 h 04

Jean-Luc Melenchon le 6 avril à Paris, Gonzalo Fuentes / Reuters

Jean-Luc Melenchon le 6 avril à Paris, Gonzalo Fuentes / Reuters

Leur affrontement parfois violent a été un des feuilletons de l’élection présidentielle, il va peut-être animer les élections législatives. Jean-Luc Mélenchon fait en effet durer le suspense quant à son éventuelle candidature dans la circonscription d’Hénin-Beaumont, «fief» de son ennemie désignée Marine Le Pen depuis qu’elle y a posé ses valises en tant que conseillère municipale en 2007.

Le candidat du Front de gauche à la dernière élection présidentielle a indiqué qu'il serait «fixé» samedi 12 mai sur sa candidature, mais «ses propos semblent laisser peu de doutes quant à ses intentions», écrit Reuters. Jean-Luc Mélenchon (un temps attendu également dans l'Hérault, Marseille ou Paris) a déclaré vendredi 11 mai à France Info:

«Ça va être une bataille homérique en quelque sorte, avec une symbolique qui est extrêmement puissante puisque c'est le berceau du mouvement ouvrier français et que c'est en même temps l'endroit où Madame Le Pen, par bravade, a décidé de s'installer.»

Les cadres du Front national ont riposté à l’unisson à l’annonce ce vendredi 11 mai. Sur Europe 1, la présidente du parti a réagi en qualifiant son probable futur adversaire de «pauvre sénateur SDF des législatifs» et en inventant même un nouveau sigle pour le qualifier,  «SCF» pour «sans circonscription fixe». «Ce n'est pas très glorieux, je trouve, de la part de Jean-Luc Mélenchon, que de tenter comme ça de courir après les caméras» a-t-elle commenté.

Louis Aliot, vice-président du Front national, estimé que le besoin de Jean-Luc Mélenchon de «coller» à Marine Le Pen pour exister «devient un cas pathologique», et même un «cas psychiatrique à étudier.» Steeve Briois, conseiller régional FN du Nord Pas-de-Calais et conseiller municipal d'Hénin-Beaumont, a déploré l’attitude «pathétique» et de «petit garçon» de l’ancien candidat du Front de gauche.

Jean-Luc Mélenchon, qui avait fait de la lutte contre le FN un axe central de sa campagne présidentielle et avait espéré pouvoir finir devant Marine Le Pen, a finalement terminé loin derrière celle-ci au premier tour (11% contre presque 18% pour la candidate du FN).

Mais s'il a identifié Hénin-Beaumont comme point de chute, c’est aussi parce que le rapport de force y est favorbale à la gauche. Le spécialiste de la carte électorale Eric Salmon ne place même pas la circonscription parmi les 25 les plus «gagnables» par le FN.

Lors du premier tour de la présidentielle, le Front national a recueilli plus de 31,4% des voix dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais où se trouve Hénin-Beaumont depuis le redécoupage électoral, contre 14,9% pour le Front de gauche, et François Hollande l’a emporté au second tour avec plus de 60% des voix. En 2007, Marine Le Pen avait été battue au second tour par le député socialiste sortant Albert Facon, ne recueillant que 41,7% des suffrages.

Reste à savoir comment une arrivée de Mélenchon serait perçue par la gauche locale. Eric Coquerel, qui organise les législatives au Front de gauche, rappelle dans Marianne2 que la circonscription «avait été dévolue au PCF» dans l’accord national passé avec le Parti de gauche, même si «les premiers signes émis par les communistes seraient positifs» selon le site Internet. Côté socialiste, où la désignation d’un candidat s’est faite sur fond de divisions et de tensions entre élus locaux, l’éventuel parachutage est pour le moment accueilli avec «beaucoup de retenue» écrit Marianne2. 

En revanche, Arnaud Montebourg, interrogé le 10 mai par Benoît Duquesne dans Complément d’Enquête sur France 2 a ouvert une porte:  

«Ce serait une bonne idée si la gauche s’unissait dans cette circonscription.»

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte