PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Maryse Joissains est-elle plus dangereuse pour la République que François Hollande?

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 09.05.2012 à 20 h 07

Petit best-of des déclarations les plus polémiques de la maire d'Aix, qui vient de contester les résultats de l'élection devant le Conseil constitutionnel et de déclarer qu'elle entrait «en résistance pour cinq ans».

Maryse Joissains, le 17 mars 2011, avec Nicolas Sarkozy. POOL New/Reuters.

Maryse Joissains, le 17 mars 2011, avec Nicolas Sarkozy. POOL New/Reuters.

La députée-maire d'Aix-en-Provence Maryse Joissains a contesté, dimanche 6 et mardi 8 mai, la légitimité de l'élection de François Hollande et s'en est pris à son physique... Le qualifiant de «danger pour la République», elle a maintenu mercredi ses propos et a même déposé un recours pour faire annuler l'élection présidentielle.

La contestation de la légitimité de l'élection à l'issue d'un «combat antidémocratique» et d'un «lynchage» du candidat Nicolas Sarkozy ne manque pas d'ironie quand on sait que l'intéressée, maire depuis 2001, a remporté en 2008 une élection municipale annulée par le Conseil d'Etat. En cause, «des propos et des insinuations d’une nature et d’une gravité inadmissibles qui ont émaillé la campagne [et] ont constitué des manœuvres ayant pu fausser les résultats du scrutin».

«Celui qui fait le chippendale pour hommes dans une boîte»

De quoi s'agissait-il? D'un tract anonyme et calomnieux sur la vie privée du candidat MoDem opposé à Maryse Joissains, François-Xavier de Peretti, que son équipe attribua à la maire sortante, bien qu'elle s'en défendit alors et parla d'une opération de victimisation orchestrée par son adversaire. «Un torchon nauséabond qui aligne sans l'ombre d'une preuve des accusations qui vaudraient la cour d'assises à FXdP [François-Xavier de Peretti] si elles étaient exactes», écrivait alors La Provence.

Mais restons-en aux propos de Maryse Joissains. Dans le Nouvel Observateur du 28 février 2008, elle déclarait, comme le rapporte LibéMarseille:  

«On m’a dit: "Maryse, il faut que tu tiennes tes adjoints." Pensez donc… Il y a ce monsieur qui est rond en permanence; vous n’avez qu’à demander aux chauffeurs de taxi de la ville dans quel état ils le ramènent chez lui quand il se pinte. Il y a celui qui fait le chippendale pour hommes dans une boîte, à deux pas d’ici. Il y a l’autre qui travaille au Maroc, en tout cas, c’est ce qu’il dit. Mais pour moi, si ce n’est pas un emploi fictif…»

«Des propos que je n’ai jamais tenus», assurait plus tard au journal Libération la maire d'Aix. Qui sera finalement réélue maire le 19 juillet 2009, après une partielle extrêmement serrée (50,22% des suffrages et 187 voix d'écart).

Suspendre Schengen, elle l'avait proposé un an avant

Mais c'est sur l'imitation des propositions et des expressions mêmes du FN que Maryse Joissains est la plus convaincante. Nicolas Sarkozy choque en remettant en cause les accords de Schengen lors de son meeting de Villepinte? Maryse Joissains avait fait voter une telle motion au conseil municipal de sa ville dès 2011...

 Sur les populations Rom, la maire sait aussi se montrer ferme et déterminée: ainsi a-t-elle, le 18 avril 2012, déclaré dans la Provence «Je ne veux plus un seul Rom sur ma commune». «Ce que je sais c'est qu'il faut garder nos acquis sociaux pour les habitants de notre pays qui en ont besoin, sinon notre système social va exploser», affirmait-elle dans la foulée.

«Tariq Ramadan vous dit: votez François Hollande!»

Mais gardons le meilleur pour la fin. Dans une lettre envoyée à ses administrés dans l'entre-deux-tours et publiée sur son site, intitulée tout simplement «Election présidentielle 2012, la République en danger», Maryse Joissains appelait les électeurs aixois à combattre le péril socialiste.

Et cela démarrait très fort, puisque l'élue rappelait dès la première ligne les «100 millions de morts causés par le communisme dans le monde», dont on imagine que certains ont été achevés par François Hollande lui-même à coups de machette:

«Avec la présidence de la République, poursuivait la maire UMP, le Gouvernement et l’Assemblée nationale, le socialisme régnerait en maître, conforté dans sa pensée unique par des médias complaisants, propriétés de la finance internationale... Il n’y a pas de hasard.»

Et ça n'est pas tout, Maryse Joissains concluait son appel à la République en danger par ces mots:

«Je récupère ma liberté de parole. Je suis en colère, et je serai en résistance pendant cinq ans», a déclaré mercredi 9 mai la maire d'Aix-en-Provence. Et dire qu'il y a encore deux jours, on avait peur de s'ennuyer avec un président normal...

J.-L.C.

Article actualisé le mercredi 9 mai à 20 heures après l'annonce du recours de Maryse Joissains.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte