PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Législatives: Nihous ne sera finalement pas candidat face à Bayrou

Slate.fr, mis à jour le 09.05.2012 à 18 h 03

Frédéric Nihous (Loïc H. Rechi).

Frédéric Nihous (Loïc H. Rechi).

Frédéric Nihous ne sera pas investi par l'UMP face à François Bayrou. L'ancien candidat à la présidentielle 2007 a démenti au Monde, mercredi 9 mai en fin d'après-midi, l'information qu'avait annoncée Le Figaro dans la matinée, avant que l'AFP n'annonce la décision de la commission d'investiture du parti de présenter Eric Saubatte, un militant palois de 41 ans.

Le PS maintient de son côté sa candidate, Nathalie Chabanne, qui avait peu goûté les déclarations de ténors du parti ces derniers jours sur son possible retrait en faveur de Bayrou. Marisol Touraine avait estimé lundi sur i>TELE qu'il serait «cohérent» de ne pas présenter de candidat tandis que Laurent Fabius avait expliqué, lors de l'émission Mots Croisés de France 2, que cette hypothèse ne le «choquerait pas». Le 8 mai, Pierre Moscovici avait déclaré sur RTL qu'«à titre personnel, [il était] favorable à ce que quelque chose soit fait» pour le candidat centriste, qui avait annoncé le 3 mai qu'«à titre personnel» il voterait François Hollande. 

David Habib, député PS de la troisième circonscription des Pyrénées-Atlantiques, s'était déclaré «fermement opposé à la proposition» de Marisol Touraine:

«Au moment où François Bayrou a appelé à voter pour François Hollande, il a dit qu'il n'y avait ni demande, ni marchandage, que c'était un vote personnel dicté par sa vision de l'Etat et je veux croire qu'il n'y a pas eu d'autre négociation.»

Avant que Le Figaro n'évoque le nom de Frédéric Nihous, l'UMP avait prévenu: non seulement il y aurait bien un candidat UMP contre Bayrou, mais en plus, son identité pourrait nous «amuser». C'est ce qu'un membre du Bureau politique de l'UMP avait confié à Valentine Oberti de Mediapart (article payant):

«"Ce sera un bon candidat, avec un profil national et, en même temps, quelqu’un susceptible d’avoir une vraie légitimité locale", décrit ce cadre de l’UMP. "Il s’agit de quelqu’un qui n’a jamais été ministre, mais qui a déjà été élu. Quand vous connaîtrez son nom, cela vous amusera."»

Frédéric Nihous, que Loïc H. Rechi avait suivi durant une journée pour Slate, avait rallié la candidature de Nicolas Sarkozy très tôt dans la campagne, faute d'arriver à réunir les 500 signatures nécessaires.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte